Societe

Témoignage Audio de Mahdia – Plages de Tunisie : Lieu de plaisance ou champ de guerre ?

D’aucuns trouveraient la question qui trône en titre de ce papier, grotesque et déplacée… Mais à y réfléchir de plus près et à essayer de chercher les réponses, on se rend, en effet, assez aisément, qu’il n’y avait pas lieu de poser une telle question, tellement la réponse est évidente et saute aux yeux… Oui ! En effet… Nos plages sont devenues de vrais champs de guerre. Et en y allant, il devient de plus en plus hypothétique d’en revenir sain et sauf.

Entre la témérité des propriétaires des bases nautiques, et l’insouciance des autorités, le citoyen se retrouve pris en tenaille.

C’est vrai que les bases nautiques font, désormais, et depuis des décennies, partie du paysage de toutes les stations balnéaires qui se respectent. Mais nous remarquons avec effroi, que depuis que les hôteliers ont abandonné le secteur des jeux de plage motorisés à des privés, la situation échappe chaque jour un peu plus au contrôle. Et question contrôle, il y a, vraiment, à boire et à manger. Car les agents de la police touristique en charge de ce contrôle, ne semble pas connaître l’adage qui dit « Il vaut mieux prévenir que guérir ». Et les jeunes basanés qui manipulent les bolides de ces bases nautiques s’adonnent à cœur joie à leur sport favori, celui de faire vomir leurs tripes, de peur, aux gens. Ils lâchent leur mécanique à fond, éclaboussant, renversant, effleurant, projetant, tous ceux qui osent venir se baigner dans leurs eaux territoriales.

Oublions ce qui s’est passé il n’y a pas si longtemps à Nabeul où un forcené à ôté la vie à une jeune médecin, à bord de son quad, pour ne parler que de ce qui se passe de nos jours :

C’était hier, vendredi  4 aout, çà se passait du côté d’une plage privée d’un hôtel du côté de Mahdia. Deux jeunes femmes en quête d’un peu de fraicheur, sont allées se baigner, à deux brasses des limites des « eaux territoriales » de son excellence, le Monsieur qui faisait gronder les chevaux de sa mécanique. Il était en train de rigoler de la tête qu’allaient faire ses clients quand il allait les balancer à toute vitesse dans la flotte de sur sa bouée tractée. Il ne faisait pas attention à ce qui, et ceux qui l’entouraient. Il opéra sa manœuvre diabolique et renversa ses clients à deux poils des deux jeunes femmes en question, ratant de peu de les écraser avec son engin et ses victimes du moment.

Mais ce n’est pas fini…

Voyant les deux jeunes femmes gesticuler dans l’eau en l’interpellant, il revint vers elles… Non pas pour s’excuser ou pour s’enquérir de leur état, mais bien pour les engueuler et les insulter. Il en fût empêché par l’intervention des baigneurs à côté, qui avaient tout vu, et qui ont accouru au secours des deux dames, et qui ne l’ont pas épargné.

Mais ce n’est, toujours, pas fini…

Ayant eu vent de l’incident, et voulant savoir qui pourrait arrêter ces fous de la vague, la rédaction de TunisieNumérique s’est vu répondre que ces énergumènes relevaient de l’autorité et du contrôle de la police touristique. Contacté au téléphone, le responsable de ce service répondit à notre rédacteur qu’ils n’ont jamais rien vu de ces dépassements dont on leur parlait… Et qu’il n’y avait rien eu, comme accident… Et que, de toutes les façons, ceux qui sont gênés par ces fous du volant des plages, devraient déposer plainte. !!!

Evidemment… Si ces messieurs de la police, et qui plus est, touristique, pensent de cette façon, et ne prennent pas le taureau par les cornes, en essayant de prévenir les catastrophes, au lieu d’attendre qu’elles se produisent, on est bien loin de pouvoir savourer des moments de détente et de quiétude sur nos plages.

A propos, et cette dernière remarque s’adresse, justement, à nos amis de la police touristique… Si jamais un barbu ou un autre fou de la gâchette se présente sur une de nos plages… Est-ce qu’ils pensent devoir l’arrêter, ou attendre qu’il commette son forfait et qu’une plainte soit déposée ?

… A SUIVRE…

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Déclaration d'une femme victime du conducteur d'une vedette

Commentaires

Haut