Societe

Tribune des lecteurs : Une profonde et réelle réforme de l’enseignement c’est pour quand?

Par Abdelhamid Trabelsi

Depuis deux ou trois ans que syndicats et ministère passent leur temps à déployer leurs muscles dès que la période des examens dite des « semaines bloquées » approche et prennent alors les élèves et leurs parents en otage. En fait a-t-on vraiment évalué l’efficacité de ces semaines bloquées ? Est-ce nécessaire de faire perdre aux enfants deux ou trois fois par an deux semaines à chaque fois pour s’assurer, évaluation à l’appui, que les enfants n’ont rien appris ?

Le système éducatif ne doit nullement reposer sur des évaluations trimestrielles ou semestrielles. L’évaluation des acquis doit être une mission de l’éducateur au quotidien. Il faut qu’aussi bien le ministère que le syndicat comprennent que le système éducatif n’a pas pour vocation de ne fournir au pays que des médecins, des ingénieurs et autres diplômés de l’enseignement supérieur pour qu’ensuite on en fasse des chômeurs. Tous les enfants n’ont d’ailleurs pas la volonté ni la vocation de le devenir.

Notre société a plus besoin de techniciens spécialistes pour notre agriculture, pour nos industries, nos hôpitaux sans lesquels nos médecins ou nos ingénieurs ne peuvent pas être efficaces. Les enfants qui n’ont pas la vocation pour apprendre d’interminables leçons d’éveil scientifique, d’histoire et de géographie qui ne les motivent nullement, doivent rapidement au cours du cycle scolaire être orientés vers les filières où ils peuvent trouver leur vocation et leur épanouissement. Les enseignants que les autres élèves pourront alors travailler dans une plus grande sérénité.

Bien sûr ceci n’est que deux des aspects auxquels doit s’atteler l’esprit de la réforme de l’enseignement.

Commentaires

Haut