Tunisie – AUDIO : Une famille refuse de reprendre le cadavre de son fils après qu’il ait subi un prélèvement des cornées

Un citoyen a annoncé ce mardi aux médias, que lors de la réception du cadavre de son neveu qui a séjourné à la morgue de l’hôpital Charles Nicolle, à Tunis, il s’est rendu compte qu’on lui avait “arraché les yeux”, selon ses termes, pour les greffer à un autre patient. L’oncle a prétendu que le médecin qui avait fait ce prélèvement a avoué son geste et qu’il aurait été arrêté.

Le directeur général du centre de don d’organes, Taher Gargah a assuré que le prélèvement s’est effectué en conformité avec la loi, démentant, à l’occasion, l’arrestation du médecin qui a prélevé les cornées du défunt. Il a précisé que le médecin, après le constat formel du décès du jeune homme, lors de l’autopsie, puisqu’il s’agissait d’une mort suspecte, a prélevé, non pas les yeux, mais juste les cornées, qui sont un fin film recouvrant l’œil. Selon la loi, un prélèvement de tissus et non d’un organe est tout à fait légal, tant qu’il n’y a pas d’opposition consignée par écrit dans le registre de l’hôpital, par le patient ou par sa famille.

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com