Politique

Tunisie – BCE signera, ne signera pas la loi de finances ? Pourquoi ce débat, et pourquoi maintenant ?

Des rumeurs, prenant parfois des allures d’infos, relayés par certains sites, n’ont cessé de circuler depuis deux jours, concernant une éventuelle intention du président de la République, Béji Caïed Essebsi, de refuser de signer la loi de finance qui vient d’être adoptée par les représentants du peuple.

Or, le fait est que le président n’a, en théorie, aucune autre alternative que de la ratifier, du moment que là est le désir et le choix du pouvoir législatif représenté par l’ARP. Or, cette explication n’a pas découragé les colporteurs de cette rumeur de redoubler d’efforts et d’obstination, affirmant détenir l’information de sources « fiables » qui auraient assuré que BCE aurait pris la décision, ou penserait, sérieusement, à ne pas ratifier la loi de finances 2019.

Ce qui a poussé la porte-parole de la présidence, Saïda Garrache à démentir cette rumeur, par tous les canaux qui lui étaient disponibles, y compris sa page Facebook.

Néanmoins, la question qu’il faudrait se poser en réalité, au lieu de se demander si BCE allait ou pas signer la loi de finances, serait celle de savoir pourquoi tout ce débat et pourquoi maintenant ?

La réponse est toute simple : Du moment que loi de finances en question est décriée de partout et par tout le monde et qu’il est attendu qu’elle soit à l’origine de certains mouvements sociaux et protestations, çà serait bien de mettre en exergue un supposé pouvoir de veto de BCE  et qui dit droit de veto, dit aussi droit d’acquiescement. Donc çà serait formidable pour certains de faire endosser ne serait-ce qu’une part de la responsabilité de cette loi si décriée, à BCE, lui qui « aurait pu, s’il l’avait voulu, la refuser et la renvoyer à l’étude ».

Voilà ce en quoi, nous les tunisiens sommes passés maîtres : la manipulation à travers lune  communication basée sur les intox !

 

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com