Tunisie – Chahed : Son gouvernement a entamé des réformes difficiles malgré leur coût politique élevé

Dans un entretien accordé à l’agence Reuters, le chef du gouvernement et candidat à la présidentielle, Youssef Chahed a déclaré qu’il a entrepris en tant que chef du gouvernement, des mesures économiques très difficiles, en vue d’éloigner de spectre de la faillite du pays. Il a ajouté avoir entamé ces réformes pour l’intérêt de la Patrie, malgré le coût « politique » élevé de telles mesures.

Il a annoncé que les indicateurs économiques étaient en train de s’améliorer et allaient devenir meilleurs à partir de l’année prochaine. Chahed a ajouté que la démocratie naissante en Tunisie avait besoin d’un changement économique et d’une embellie sécuritaire pour s’ancrer dans le club des démocraties solides. Il s’est dit confiant, dans la mesure où le gouvernement qui succédera au sien trouvera une assise solide, après les réformes qu’il a entamées.

Il a dit avoir été choqué, trois ans auparavant, en prenant les rênes du gouvernement, par la situation catastrophique qu’il a trouvée, mais qu’il s’est acharné au travail pour sauver l’économie du pays et ne pas se retrouver dans la situation de certaines contrées qui, à cause de la crise, ont dû limoger leurs fonctionnaires. Il a expliqué que toutes les mesures prises dans ce sens, ont été douloureuses pour le contribuable et leur coût politique a été élevé, pour lui et pour son équipe, mais qu’il a dû le faire pour sauver le pays.

Chahed a semblé sûr de sa victoire, en disant qu’il était confiant, car le tunisien a compris les réformes entreprises et qu’il est, maintenant temps de les poursuivre, pour en récolter les fruits et assurer le décollage économique. Il a assuré qu’il a réussi à stabiliser puis à baisser le déficit budgétaire et que l’inflation allait suivre et baisser, ce qui facilitera la vie des tunisiens.

Concernant la détérioration des services publics, Chahed a reconnu cette état de fait et l’a expliquée par les changements de priorités dans les dépenses de l’Etat qui a dû opérer des tailles dans les budgets alloués à la Santé et à l’Enseignement, par exemple, pour majorer ceux de la Sécurité Intérieure et de l’Armée Nationale, avec la priorité absolue de la lutte contre le terrorisme. Chahed a ajouté que ces budgets alloués à la sécurité ont été un bon investissement, puisque l’amélioration de la situation sécuritaire a permis la reprise du tourisme, entre autre et le retour des investisseurs, ce qui a avantagé la situation financière de la banque centrale et aidé à stabiliser le glissement de la monnaie nationale.

Chahed a, aussi, abordé le dossier des grands projets dans le secteur de l’énergie, notamment l’énergie renouvelable, qui ont permis de diminuer le déficit énergétique du pays.

Chahed a ajouté que l’idéal serait, pour le pays, qu’il obtienne une double victoire. Celle des présidentielles et celle des législatives, ce qui permettrait à son parti et ses alliés de poursuivre les réformes et de commencer à en récolter les résultats.

Sur le plan diplomatique, Chahed a déclaré qu’il allait promouvoir une diplomatie économique pour ramener les investissements et améliorer la coopération avec les pays frères et amis. Pour ce faire, il a décidé de simplifier les démarches douanières entre la Tunisie et ses voisins.

Tout en défendant son bilan, Chahed a reconnu que ses résultats étaient en deçà de ses attentes, car, a-t-il déploré, nous avons, dès le début, travaillé sous les feux croisés des amis avant ceux de l’opposition. Et ce, à cause de notre décision de lutter contre la corruption et les mafias qui rongent l’économie du pays.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com