Politique

Tunisie – De quoi a peur Ennahdha ?

Ces derniers jours, le parti islamiste d’Ennahdha semble, réellement, aux abois. Sa direction affiche une panique totale. Ses dirigeants multiplient les sorties médiatique pour démentir, pour rectifier, voire, pour menacer. Ils affichent, depuis une certaine période, une aversion certaine aux critiques et aux accusations. Et cette panique est, vraiment, dissonante avec l’indifférence et l’apparence arrogante qu’ils ont toujours opposé à leurs détracteurs.

Ce revirement dans leur comportement a commencé il y a quelques jours, quand la direction du parti islamiste a annoncé sa ferme intention de trainer devant la justice quiconque oserait la critiquer, cet avertissement intéressant, en premier lieu, les journalistes et les organes de presse.

Ensuite çà a été au tour des leaders du mouvement, à l’instar de Hamadi Jebali et Abdellatif Makki, pour dénoncer, via les réseaux sociaux, ce qu’ils qualifient de complot visant leur crédibilité et leur intégrité, en diffusant des intox en rapport avec des propriétés immobilières et autres qu’ils auraient acquis à force de milliards.

Finalement, le dernier palier de cette aversion a été atteint hier, quand, apparemment, sous les ordres d’Ennahdha, la chaine TV « Al Hiwar » a censuré pas moins de 35 minutes des déclarations du député Mondher Belhaj Ali, sur le plateau de l’émission « Klem Enness », quand il a parlé des sommes incroyables d’argents qui ont été raflées, selon ses termes, par Ennahdha quand elle était au pouvoir.

Cette dernière action d’Ennahdha a eu, exactement, l’effet contraire de celui escompté, puisqu’il a, définitivement, attiré l’attention des observateurs sur ce nouvel état d’esprit des dirigeants de ce parti et sur leur peur bleue des critiques et de l’ouverture de certains dossiers.

Or, connaissant les leaders d’Ennahdha, comme on les connait, il semble très peu probable que cette aversion soit purement gratuite. Et si on ajoutait à ce nouvel état d’âme de la direction, les dernières démissions et limogeages qui se sont multipliés au sein du parti, ainsi que les dernières déclarations de l’ambassadeur de l’UE à Tunis, qui a qualifié Ennahdha de branche tunisienne des frères musulmans, Il semblerait, donc, que l’heure de reddition des comptes approche à grands pas, et que les islamistes voient arriver à grandes enjambées, leur pire cauchemar !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut