Tunisie – Des révélations explosives du collectif de défense des martyrs Bélaïd et Brahmi

Le collectif de défense des martyrs a tenu, ce samedi 2 mars, un point de presse à Mahdia, où il a présenté de nouveaux éléments d’une grande importance dans les affaires des assassinats politiques, de l’appareil secret d’Ennahdha, des l’infiltrations du ministère de l’intérieur et de la collaboration avec les frères d’Egypte dans la fabrication d’armes et d’explosifs.

Le collectif de défense a démontré que le juge d’instruction, après étude des documents issus de la fameuse chambre noire, dont l’existence a été démentie même par le ministrede l’intérieur, a transmis ses conclusions au parquet et inculpé le dénommé Mustapha Khedher de plusieurs chefs d’inculpations dont la participation aux assassinats politiques.

Le collectif a démontré que Khedher était chargé de coordonner avec les services similaires des frères musulmans d’Egypte, dans le cadre de la formation de miliciens dans le secteur du maniement des armes et de de la fabrication d’explosifs. Comme il a mis en évidence la formation de 1000 individus dans le domaine de l’escorte, la protection et l’enrôlement de 500 individus dans les rangs de la police. La coordination avec les frères d’Egypte pour la formation de combattants et d’agents spécialisés en système d’écoute et d’espionnage, a été aussi mise en évidence

Le collectif de défense a assuré que le juge d’instruction est arrivé à plusieurs conclusions concernant Mustapha Khedher et le dénommé Abdelaziz Daghsni, un proche de Rached Ghanouchi, concernant notamment, leur implication dans les assassinats politiques des deux martyrs Belaid et Brahmi et dans la couverture de la fuite d’Abou Iyadh et sa cache de Menzel Bouzelfa, qui a été marquée par un crime qui y a eu lieu, à l’époque. Khedher est aussi, indiscutablement, impliqué dans le vol de documents du ministère de l’Intérieur et de matériel d’espionnage sophistiqué, avec la complicité de Daghsni.

Le collectif a annoncé que Khedher détenait la preuve que l’assassin chargé du meurtre de Bélaïd a touché 300 mille dinars et qu’il menaçait de dévoiler toute l’affaire si on ne lui versait pas le reste de son dû.

Le collectif de défense a tenu à remercier le juge d’instruction pour son intégrité et le sérieux avec lequel il a traité le dossier et les documents retrouvés dans la fameuse chambre noire du ministère de l’intérieur. Le procureur de la République est soupçonné de connivence avec Ennahdha.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut