Tunisie – Elections municipales à Souk Jedid (Sidi Bouzid) : Ces chiffres qui font peur

Les élections municipales partielles se sont tenues ce dimanche, à Souk Jedid, dans la région de Sidi Bouzid.

Si ces élections n’ont qu’une importance relative sur l’échiquier politique et représentent un enjeu relativement insignifiant, il n’empêche que certains chiffres qui en sont issus, donnent des raisons d’avoir peur pour le pays et pour son avenir.

En effet, ces élections ont commencé par un flop phénoménal, quand  les militaires et les sécuritaires devaient voter. Cette journée s’étant caractérisée par une désertion totale des hommes de tenue de ces élections. Ensuite, le fiasco s’est prolongé ce dimanche, où jusqu’au début de l’après midi, presque personne des 13 000 électeurs ne sest présenté aux bureaux de vote. Peu après midi, il y avait à peine 2000 personnes qui ont voté. 2000 électeurs qui étaient exclusivement des personnes âgées.

Le responsable régional de l’ISIE a bien essayé de trouver une excuse aux abstentionnistes, une excuse qui n’a fait qu’aggraver la situation. Puisqu’il n’a rien trouvé de mieux, pour expliquer ce désengagement de la population, que de dire que c’était à cause de la concomitance du marché hebdomadaire. La situation n’en est que plus caricaturale : Des citoyens qui boycottent les élections et qui ne pensent qu’ à aller faire leurs courses pensant que c’ est bien plus important que d’aller voter. Ce qui démontre bien le degré de dégoût et de désengagement qui a atteint le citoyen.

Ces élections de Souk Jedid sont importantes, du fait qu’elles représentent un avant goût de ce que seront les élections législatives et présidentielles dans cinq mois. Des élections auxquelles participeront, seulement les personnes âgées motivées par certaines parties qui vont jouer sur la fibre émotionnelle et religieuse. Des élections qui verront, bien sûr, l’afflux des inconditionnels de certaines parties qui sont trop disciplinés pour oser rater une occasion de faire gagner leur parti. Pour le reste, surtout, pour les millions de jeunes électeurs, çà sera le néant total et l’abstention qui fait froid au dos ! Sachant qu’il ne faudra surtout pas en vouloir à ces abstentionnistes, car ce n’est nullement leur faute s’ils sont à ce point dégoûtés de la classe politique pourrie, parmi laquelle ils seront appelés à faire leur choix.

Ces chiffres doivent interpeller les formations politiques et les personnalités impliquées dans les affaires de l’Etat, pour qu’elles lancent leur dernière offensive, afin de motiver les électeurs, notamment les jeunes, à aller voter… Mais aussi de tenter l’impossible, en faisant oublier aux gens les raisons de leur aversion face à toute cette racaille qui se dit politique !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com