Tunisie- Elyes Fakhfakh : Un discours digne d’un homme d’Etat qui coupe avec la médiocrité ambiante

Le chef du gouvernement tunisien, Elyes Fakhfekh a accordé ce soir, un entretien télédiffusé, pour parler de la situation générale dans le pays, en rapport avec l’épidémie du coronavirus, expliquer les mesures prises par le gouvernement et annoncer de nouvelles mesures d’accompagnement qui s’intéressent, essentiellement, au soutien social et économique aux citoyens impactés par cette épidémie.

Sans revenir sur le détail de ces mesures annoncées ni sur le bilan de ce qui avait été mis en place auparavant, on doit reconnaître que le chef du gouvernement a réussi, ce soir, à s’imposer comme un vrai homme d’Etat, digne de ce nom. Un homme qui a la science du verbe. Qui parle le langage du tunisien. Qui sait apaiser les craintes. Qui sait convaincre. Qui a démontré sa maîtrise du sujet duquel il traite. Bref, un homme d’Etat qui inspire la confiance et rassure.

En effet, le discours de Fakhfakh ce soir, était exemplaire, aussi bien sur la forme que sur le fond.

Sur la forme, il a su rassurer le tunisien et calmer ses appréhensions. Il a fait preuve d’une maîtrise totale du sujet, aussi bien sur le plan médical, économique et social, que sur le plan sécuritaire. Ce discours a rassuré, car le tunisien a compris que derrière un homme qui parle avec autant d’assurance, il y a, forcément, une équipe de choc qui gère, avec maîtrise, toutes les facettes du problème. Et Dieu sait que ce n’est pas n’importe quel problème.

Tout aussi bien dans le langage verbal que corporel, adoptés par le chef du gouvernement,  il y avait de quoi rassurer le tunisien et lui rendre une lueur d’espoir, dans la cacophonie qui caractérise, en ce moment, la scène politique. Son attitude, sa mimique, sa gestuelle, sa façon de contrôler le débat, de même que ses paroles, ceux du peuple, ont fait que son discours a percé et est arrivé à convaincre le tunisien avait besoin d’une telle prestation. Car Fakhfekh est, pour le moment, le seul responsable qui a su trouver le savant dosage entre l’optimisme qu’il fallait pour rassurer et l’alarmisme nécessaire pour inciter le citoyen à poursuivre l’effort et à ne pas se relâcher.

Quand au fond du discours, il faut reconnaître que le contenu en termes de décisions annoncées et de mesures prises, avait de quoi rassurer les tunisiens qui avaient beaucoup d’appréhensions par rapport à la suite. Là, Fakhfekh a réussi à donner le détail qu’il fallait. Car il s’agissait de ne pas être trop vague, afin de ne pas être accusé de ne prononcer que de vagues promesses et slogans, et de ne pas tomber, non plus, dans l’excès de détails et de chiffres qui feraient perdre le fil du discours au téléspectateur, sachant que le tunisien n’a jamais été féru de chiffres et qu’il veut juste entendre ceux qui l’intéressent personnellement.

Un bon point donc, pour Elyes Fakhfakh, qui a réussi son baptême du feu et su gagner la confiance du citoyen, lui qui était parti avec un handicap de taille, n’ayant d’autre soutien que la confiance de Kaïs Saïed et surtout, aucun capital confiance auprès de la classe politique ni dans la tête des citoyens.

Un bon début, qui ne demande qu’à être confirmé dans ce qui va suivre !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut