Tunisie – Ennahdha affolée par un possible candidat et menace d’aller jusqu’à des élections prématurées

Partager

Un sérieux vent de panique souffle sur le parti d’Ennahdha qui s’affole, depuis quelques heures, après que sa direction ait eu vent de la possibilité de la proposition par Kaïs Saïed de Mohamed Salah Ben Aïssa, ancien ministre de la justice de Béji Caïed Essebsi au poste de Chef du gouvernement.

En effet, Ben Aïssa serait bien parti pour être le candidat de Kaïs Saïed à la Kasbah. Et ce, pour plusieurs considérations. D’abord, il est en très bons termes avec lui et lui fait confiance, deuxièmement, parce qu’il est persuadé que c’est quelqu’un que ni Ennahdha, ni aucun autre parti ne pourrait acheter,  troisièmement, il a de très bons trapports avec l’UGTT. Autant de raisons pour que le président soit tenté de la choisir. C’est ce qui affole Ennahdha qui n’a pas hésité à menacer de bloquer ce choix à l’ARP, se disant même, prête à la dissolution de l’Assemblée et la tenue de nouvelles élections prématurées, pourvu que Ben Aïssa ne passe pas.

Quant aux raisons de cet affolement et cette phobie, Ennahdha pense sérieusement que Ben Aïssa a une dent contre elle, depuis qu’il a été limogé du ministère de a Justice du temps de BCE.

En effet, derrière ce limogeage il y a Ennahdha qui aurait ordonné son départ, après qu’Ali Laârayedh ait reçu, en pleine réunion du conseil de la Choura, une convocation par la justice. Alerté, Ghannouchi a, alors contacté en urgence, BCE qui lui a assuré qu’il n’état au courant de rien. Et, comme par hasard, une semaine après l’émission de cette convocation, Ben Aïssa a été écarté de son poste, puisqu’il était tenu responsable par Ennahdha d’avoir voulu chercher des ennuis à Ali Laârayedh.

C’est donc, pour cette raison que les dirigeants d’Ennahdha sont persuadés que Ben Aïssa ne va pas les ménager et qu’ils sont prêts à saborder le navire et à plonger le pays dans le chaos institutionnel, pourvu que Ben Aïssa ne passe pas.

Laissez un commentaire
Publié par
Saber .