Politique

Tunisie: Ennahdha dénonce la poursuite de l’exploitation politique de l’affaire des martyrs Balaid et Brahmi

Tunisie: Ennahdha dénonce la poursuite de l’exploitation politique de l’affaire des martyrs Balaid et Brahmi

Le mouvement Ennahdha a exprimé, dans un communiqué, publié samedi 25 juillet 2020, sa condamnation de “la poursuite de l’exploitation médiatique et de l’investissement dans les crises politiques de l’affaire des martyrs de Belaid et Brahmi, ainsi que la substitution aux organes judiciaires concernés et l’émission d’accusations au hasard, en accentuation des atteinte contre les instances judiciaires et des institutions de l’Etat en général”.

Le parti a appelé “toutes les composantes de la scène politique au calme et au dialogue, à adhérer à l’approche du consensus, à soutenir les éléments d’unité nationale et les facteurs de stabilité et à éviter les incitations et les différends à l’exclusion.”

Dans son communiqué, Ennahdha a exprimé sa fierté de commémorer le soixante-troisième anniversaire de la proclamation de la République, qui est l’une des étapes les plus importantes de l’histoire tunisienne contemporaine. De même que l’expérience démocratique émergente et les acquis politiques, sociaux et économiques qu’elle a accumulés pour promouvoir les valeurs de la république et établir un état de droit.

Le mouvement renouvelle également sa volonté d’achever la mise en place des institutions et organes constitutionnels, au premier rang desquels la Cour constitutionnelle.

Il a rendu hommage à l’âme du défunt Béji Caïed Essebsi, à l’occasion du premier anniversaire de sa mort et exprimé sa grande appréciation pour le rôle qu’il a joué dans la transition démocratique dans le pays et la prédominance du dialogue et de l’harmonie, qui lui a donné une position respectable parmi tous les acteurs politiques et sociaux tunisiens.

Ennahdha a déclaré qu’il a proposé au président de la République, Kaïs Saïed dans le cadre des consultations, de choisir la personne la plus qualifiée pour diriger le gouvernement, Mohamed Khayam Turki et Mohamed Fadhel Abdelkefi, comme étant des compétences nationales capables de gérer les charges d’un gouvernement national à large ceinture politique et de relever les défis économiques et sociaux auxquels le pays est confronté.

Il a exprimé sa confiance dans le bon choix du président de la République, Kaïs Saïed, pour la figure la plus capable de former le prochain gouvernement et son ouverture aux différents partis et blocs démocratiques pour accélérer la formation du gouvernement, compte tenu de la gravité de la situation économique, sociale et sécuritaire. Il a par ailleurs dénoncé les appels à l’exclure de la scène politique et gouvernementale au service d’agendas étrangers suspects.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut