Tunisie – Ennahdha perd un a un ses conseils municipaux : Malchance ou maladresse, ou stratégie de repli ?

Après tout le mal qu’il s’est donné pour mettre la main sur les régions, à travers les communes, voilà que le parti islamiste Ennandha commence à perdre, un à un, les conseils municipaux qu’il avait si chèrement conquis.

Les chiffres, dans ce sens, sont éloquents, puisque depuis quelques jours, pas moins de huit conseils municipaux ont été dissous, dont six qui étaient présidés par les représentants des islamistes. Tous ces conseils ont été défaits suite à une démission collective d’un grand nombre de leurs membres.

Autre point à signaler, les membres démissionnaires sont, en majorité, les autres partis politiques qui en se retirant ont fait sauter les conseils municipaux, avec à leurs têtes, les présidents nahdhaouis. Le scénario dans tous ces cas est curieusement identique. Les présidents, nahdhaouis des conseils ont accumulé bêtise sur bêtise et se sont entêtés à persister dans leur ligne directrice de n’en faire qu’à leurs têtes et d’ignorer les autres membres du conseil. C’est comme s’ils voulaient en arriver là. C’est-à-dire à une démission collective des membres des conseils municipaux de façon à les dissoudre et à être en apparence, les premiers perdants dans l’affaire.

Or, ce comportement kamikaze, ne correspond nullement à la façon de faire des islamistes d’Ennahdha, du moins, en politique. Ils ont l’habitude de s’accrocher becs et ongles aux fauteuils, quitte à composer ou à s’allier avec leurs pires ennemis. D’ailleurs, ils n’ont jamais eu suffisamment de courage pour gouverner aux premiers rangs et encore moins, tout seuls.

Si on tient en compte du fait qu’Ennahdha est, ces dernières semaines en train de tout faire pour se désengager de la responsabilité du pouvoir et de ses échecs, aussi bien au niveau du gouvernement qu’à celui des régions, il serait possible de supposer que les présidents de ces conseils municipaux aient reçu une sorte de mot d’ordre, pour provoquer la colère des membres de leurs conseils, le but étant de les dissoudre et se désengager de cette responsabilité qui commençait à peser sur eux, menaçant de mettre à nu leur incompétence et leurs limites alors que le moment est, le moins qu’on puisse dire, non propice, à ces constats en cette période pré-électorale.

Dans tous les cas, quelle que soit la cause de la dissolution de ces conseils municipaux, elle a le mérite d’avoir démontré l’incapacité des islamiques à diriger ne serait-ce qu’une petite commune de quelques milliers d’habitants, eux qui vont, dans quelques jours, commencer leur campagne électorale en jurant tous leurs Dieux qu’ils sont capables, non seulement de diriger la Tunisie, mais aussi de la sortir de la crise actuelle!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com