Politique

Tunisie : Est-ce qu’ils croient vraiment pouvoir s’en sortir en faisant endosser la responsabilité de leur échec à « l’Etat occulte »

Tunisie : Est-ce qu’ils croient vraiment pouvoir s’en sortir en faisant endosser la responsabilité de leur échec à « l’Etat occulte »

On dirait que la classe politique, toutes orientations confondues, a pris la fâcheuse habitude de prendre le citoyen tunisien pour un moins que rien.

En effet, non contents de l’avoir trahi, de s’être payé sa tête en lui servant des mensonges en guise de promesses électorales, pour rire de sa tronche, après coup en le laissant en rade, les représentants de la classe politique croient, vraiment que le citoyen tunisien est un « simplet » prêt à avaler toutes les couleuvres qu’on veut bien lui présenter. Pour preuve de cette opinion qu’ils ont du tunisien, il n’y a qu’à observer leur façon de narguer leurs électeurs, pour leur servir, encore et toujours, des mensonges, pour expliquer leur échec ou leur déconfiture.

Au lieu, en effet, de reconnaitre leurs insuffisances, ou même, de dénoncer leurs querelles de bas étages, qui les ont empêchés d’aboutir dans leurs projets, les hommes politiques ne sont pas assez courageux, ou plutôt pas assez bêtes pour « insulter l’avenir » et compromettre leurs probables futures alliances avec leurs adversaire d’aujourd’hui. Du coup, ils recherchent, toujours, à faire endosser la responsabilité de leur échec à des « forces obscures », ou « Etat occulte », alors que d’autres se rabattent, volontiers, sur la théorie du complot, si chère à leur cœur, où ils mêlent science fiction et films d’espionnage et où se mêlent agents du Mossad aux cheikhs enturbannés du golfe… Ils sont capables de vous sortir n’importe quelle histoire à dormir debout, sauf reconnaitre qu’ils se sont plantés.

Le dernier à s’être essayé à cet exercice, a été, ce soir, l’ex chef du gouvernement, Elyès Fakhfakh, de passage sur le plateau d’une TV privée et qui n’a rien trouvé de mieux pour expliquer sa sortie pas trop glorieuse, sur fond de scandale de conflit d’intérêt, que d’accuser tout le monde à gauche et à droite d’avoir comploté contre lui. Pendant qu’il y était et qu’il s’essayait à cet exercice de fabulation, pourquoi ne pas ajouter une touche finale, pour parfaire le scénario du complot, en faisant allusion au sempiternel Kamel Letaïef, en ajoutant, pendant qu’on y est, Nabil Karoui, à qui tout le monde a tendance à faire porter le chapeau de tous les maux que traverse le pays, y compris les catastrophes naturelles et autres calamités, comme l’accession d’une certaine élite au pouvoir, pour remercier le tunisien pour sa confiance !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut