Tunisie – Et maintenant que la crise avec l’UGTT est close… Si on revenait à nos moutons ?

On dirait que le tunisien a acquis une mémoire qui se raccourcit à vue d’œil, où qu’il n’a plus la capacité de se remémorer plus d’une ou de deux choses à la fois.

Ainsi, depuis ce matin on ne parle plus que de l’accord conclu in extremis entre le gouvernement et l’UGTT, concernant les majorations salariales dans la fonction publique et surtout, de la fin de la crise de l’enseignement, avec l’espoir de voir les élèves reprendre normalement les cours et les examens.

Ces deux accords qui ont procuré une certaine satisfaction aux tunisiens, voire un sentiment de soulagement, ont vite fait de leur faire oublier d’autres faits bien plus importants et bien plus graves. En l’occurrence, le problème épineux des écoles coraniques qui ont poussé comme des champignons, partout dans le pays, avec pour but révélé de former des apprentis terroristes.

Donc, maintenant que la page de la crise sociale est tournée, on ferait bien de revenir à ce problème. Car si la crise menaçait la paix sociale dans le pays, le problème des islamistes radicaux et de leurs écoles et associations douteuses menace la paix, tout court, dans le pays.

D’après les déclarations des enfants arrachés à leurs bourreaux, il semblerait que la démagogie et le lavage de cerveaux qu’ils ont subi aient fortement entamé leurs petites cervelles et on craint qu’il soit trop tard pour quelques uns d’entre eux.

Il ne faudrait pas, par ailleurs, oublier les différentes déclarations des responsables et membres du parti islamiste Ennahdha, durant ces derniers jours qui ont, désespérément, tenté de relativiser les choses et même parfois de les banaliser, voire de trouver des explications à ces actions aux graves conséquences.

Il faudra, au plus vite revenir à ce problème aigu et essayer de crever l’abcès tant qu’on y est, avant que cette histoire ne tombe dans l’oubli. Car on dirait que les accords entre le gouvernement et l’UGTT sont tombés à pic, pour faire passer sous silence l’affaire des écoles coraniques et même la commémoration de l’assassinat du martyr Chokri Bélaïd. Ces accords sont tombés tellement à pic, qu’on serait enclin à se demander si cela n’a pas été programmé exprès, pour masquer et faire diversion sur l’horreur des crimes commis dans les écoles coraniques, la grogne des tunisiens et les révélations du collectif de défense, en rapport avec les assassinats de Bélaïd et Brahmi !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com