Societe

Tunisie – Et maintenant… Revenons à nos moutons !

Maintenant que les casseurs et autres brigands ont regagné leurs tanières. Maintenant que les troubles semblent s’être tassés… Maintenant que nos valeureux policiers et soldats peuvent respirer un instant… Si nous revenions aux choses sérieuses, et au fond du problème ?

Car il serait, vraiment, inconscient de crier victoire, et de croire que les choses se sont bien passées, et que la pilule est passée… Il faudrait que gouvernement sache qu’autant les citoyens sont soulagés de voir ces conneries nocturnes s’arrêter, autant ils demeurent frustrés de n’avoir, finalement, pas pu exprimer leur détresse et leur désarroi, à cause de ces débiles qui se sont mêlés aux protestations légitimes du peuple qui a réellement peur de plus pouvoir s’en sortir.

En effet, les ministres auront beau affirmer que le pouvoir d’achat du citoyen n’a nullement été touché, par les dernières majorations des prix, les citoyens, eux, ne constatent que le contraire, en se rendant chez l’épicier du coin, ou au marché, et même dans les grandes surfaces qui s’étaient, pourtant, engagés, auprès du gouvernement, de ne rien toucher aux prix. Il faudrait savoir que le citoyen ne se réfère pas plus aux démentis des ministres qu’aux affirmations des pages facebook, pour constater l’augmentation sensible des prix. Il se réfère, uniquement, à son porte-monnaie. Et son porte-monnaie est catégorique : Les mêmes courses que faisait le citoyen il y a quelques semaines, sont devenues sensiblement plus onéreuses.

Donc il va bien falloir en parler, avec le citoyen, et bien en discuter. Pas avec la fameuse langue de bois des gens du gouvernement, ou avec des chiffres à plusieurs virgules. Car il est devenu évident que le fait d’être passé par l’ARP, n’a plus aucune signification pour le citoyen Lambda, pour qui ces gens sous le dôme du Bardo ne le représentent plus, depuis belle lurette.

Donc, le gouvernement va devoir faire un effort pour expliquer au citoyen pourquoi il n’y avait aucune autre alternative aux dernières augmentations de prix. Il va falloir le convaincre, et non lui imposer des décisions basées sur des thèses obscures de tel ou tel conseiller, dont on ne sait plus pour le compte de qui, il travaille.

S’il a, vraiment, l’intention de demander aux citoyens de sacrifier, le gouvernement gagnerait à leur expliquer qu’ils ne seront pas les seuls à le faire. Il faudra, par ailleurs, leur expliquer pourquoi on en est arrivés là ! Plus encore, il va falloir les convaincre, en demandant des comptes à ceux qui nous ont plongés dans ce gouffre. Il va falloir demander des comptes au ministre du commerce qui, de son temps, a causé la perte du pays en faisant prévaloir les intérêts d’autres pays, entrainant un déficit « incroyable » de la balance commerciale. Et ce ministre doit répondre de ses faits et méfaits. Il sera de même pour les ministres qui ont causé la perte de millions de dinars dans des affaires de contentieux international, comme celui qui a fait perdre au contribuable une somme astronomique dans la mauvaise gestion de l’affaire d’une certaine banque. Il faudra, par ailleurs, punir ceux qui ont dévalisé les caisses du pays, et mis à sec les caisses sociales. Comme il faudra que les ministres et conseillers qui ont concocté une loi de finances qui ne tient nullement en compte les finances des contribuables, sinon comme une poule aux œufs d’or, argumentent leurs choix et répondre de leurs fautes, le cas échéant.

C’est, seulement, dans ce cas, que le contribuable aura la conscience tranquille et regagnera confiance en le système, et consentira, peut-être, à participer à l’effort général, pour dépasser le goulot d’étranglement, quand il sera convaincu que le gouvernement est de son côté, et non pas contre lui, mais contre ceux qui ont voulu, et veulent, toujours, le ruiner !

Commentaires

Top 48h

Haut