Tunisie – Fête de l’évacuation : Une ambiance froide loin de tout aspect festif

Cette année, c’est à peine si les gens se sont rendu compte qu’aujourd’hui, on fêtait l’évacuation du dernier soldat français du sol tunisien et de la bataille de Bizerte qu’il a fallu mener, pour y arriver. Et s’ils s’en sont rendu compte, c’est juste parce que c’est jour férié et qu’ils ont pu profiter d’une grasse matinée.

A part les trois présidents, les ministres et quelques cadres régionaux de Bizerte, les autres parties de la scène politiques ne semblaient pas du tout avoir le cœur à fêter cet événement, pourtant marquant de l’histoire du pays.

Il n’y a que le parti Tahya Tounes qui a publié un communiqué pour commémorer l’occasion et lui donner toute sa valeur et sa signification. Sinon, rien du tout… Le plat total et silence radio !

Ce silence est éloquent voire, assourdissant car il a une signification qui n’est pas du tout positive. En effet l’abstention de la classe politique de fêter l’évacuation pourrait avoir l’une des deux sens suivantes :

Le premier c’est que la classe politique est sonnée par la claque reçue lors des dernières élections. Tellement étourdie qu’elle en a perdu le sens des commémorations de tous genres.

Le deuxième, encore plus grave, c’est qu’aux yeux d’une certaine « nouvelle classe politique », il n’y a rien à fêter. Une classe pour qui la Tunisie est encore, à ce jour une colonie française. Une classe qui a l’intention d’aller en guerre pour revendiquer sa souveraineté sur ses richesses. Richesses qu’elle est la seule à voir et à connaître.

Dans tous les cas, la morosité de cette journée du 15 octobre 2019 ne prédit rien qui vaille et laisse craindre des tensions et des querelles à n’en plus finir sous le dôme du Bardo, de façon à bloquer irrémédiablement tous les rouages de l’Etat.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut