Tunisie – Ghannouchi menace Fakhfekh en vue de le soutirer à l’emprise de Kaïs Saïed

Le Cheikh Rached Ghannouchi est conscient de la délicatesse de la situation dans laquelle il se trouve avec son parti. Il est en présence d’un chef du gouvernement chargé, qui ne jure que par le président de la République qui l’a désigné. Un chef du gouvernement qui semble indifférent aux demandes, voire même, aux avertissements des partis majoritaires à l’ARP. On dirait bien que le jeune Elyes Fakhfekh s’est mis dans la tête qu’il peut faire ce qu’il veut et qu’il n’a rien à craindre des députés, trop apeurés par l’éventualité de perdre leurs sièges. D’ailleurs, n’est-t-il pas resté de pierre devant les multiples menaces des partis, de recourir à des élections anticipées ?

D’un autre côté, Ghannouchi sait très bien que le refus de la confiance au gouvernement d’Elyes Fakhfekh ne veut pas forcément dire que le parlement va être dissous. Car dans ce cas de figure, la constitution donne la possibilité et non l’obligation, au chef de l’Etat de révoquer le parlement. Même s’il est prêt à le faire, Kaïs Saïed n’a, selon les dispositions de la constitution, aucune contrainte de temps. Ce qui veut dire qu’il est capable de continuer à travailler avec la formule actuelle, qui semble lui plaire, avec un gouvernement de gestion des affaires courantes. Il sera, dans ce cas de figure, le seul maître à bord, alors que Ghannouchi va se trouver relégué au rôle de figurant.

C’est pour toutes ces raisons que Ghannouchi a été obligé de passer au plan B, celui de faire peur à Elyes Fakhfekh, non pas en le menaçant de recourir à des élections anticipées, mais en lui faisant miroiter le même sort que son prédécesseur, Habib Jemli. Il lui a, à ce sujet, fait remarquer que la quasi-totalité des partis est prête à tenter les élections anticipées et qu’il n’a guère plus de soutien politique qui puisse lui faire passer le test de l’ARP. Ghannouchi lui a rappelé que les partis Courant Démocratique et Mouvement du Peuple ne pourraient jamais être fiables et qu’ils peuvent lui réserver des surprises en cours de route, comme ils l’ont fait avec Jemli.

C’est, en résumé, le contenu de la discussion qu’a eue Elyes Fakhfekh, ce matin avec le Cheikh. Un échange qui semble avoir donné ses fruits, puisqu’Elyes Fakhfekh, apparemment inquiet de se retrouver isolé contre la majorité de la classe politique, avec pour seul appui, Kaïs Saïed qui ne saurait lui être du moindre secours, a fini par lâcher prise et se serait littéralement jeté dans la Jebba du Cheikh. Il lui aurait proposé de faire participer 9alb Tounes au gouvernement, avec des personnalités non connues et d’accorder quelques postes de ministres conseillers, en un deuxième temps, aux membres du parti, puisque ces nominations ne seront pas soumises au vote de l’ARP.

Néanmoins, si Fakhfakh s’attendait à une réponse apaisante de la part du Cheikh, c’est qu’il ne connait pas la personne. Car Ghanouchi, remonté par son ascendant, l’a laissé mijoter tout seul, en lui demandant de lui donner le temps pour se concerter, avec la direction du parti et d’essayer de les convaincre de cette formule, après son retour au pays,

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut