Tunisie – Habib Jemli est-il, réellement, l’homme qu’il faut ?

Après les mensonges d’usage et les promesses habituelles des campagnes électorales, vinrent les résultats, pratiquement conformes à ce qui était attendu, avec une victoire au goût de défaite d’Ennahdha, à cause des divisions qui ont miné toutes les autres formations concurrentes.

Puis vint l’heure de vérité, le moment où le Cheikh et son parti proposèrent le nouveau chef du gouvernement, sensé être, comme ils l’avaient promis, une compétence hors-pairs en économie et une personne fédératrice capable de regrouper autour de son programme inégalable, tout le spectre de la scène politique. Mais devant l’annonce du nom de Habib Jemli, ce fut la douche froide, la désillusion totale. Car ce Monsieur ne semble pas, en apparence, avoir la tête de l’emploi ni les compétences requises.

Pleins de bonne volonté, les tunisiens ont continué à y croire jusqu’au bout, attendant chaque jour, que le génie de leur sauveur apparaisse au grand jour. Mais l’attente s’est éternisée et l’homme venu avec plein de promesse, a commencé, chaque jour un peu plus, à décevoir et à désespérer presque tous ceux qui ont « eu le privilège » de le rencontrer et d’échanger avec lui.

La conjoncture a été peinte, sans fard ni maquillage, par Lotfi Mraïhi, qui n’a pas hésité à résumer la situation en une phrase, déclarant à sa sortie de Dar Edhiafa : « Après avoir rencontré Habib Jemli, je ne peux que prier pour que Dieu vienne en aide au pays… j’ai acquis la conviction que le pays se dirige droit vers l’inconnu » ! L’avis de Mraïhi n’est pas un cas isolé, puisque la plupart des personnalités qui ont contacté le nouveau chef du gouvernement, surtout les experts et les spécialistes en économie, sont partis avec une désillusion et une déception qu’ils peinaient à cacher.

Ils n’ont pas compris comment on pouvait confier le destin du pays, dans une situation de crise aiguë, à quelqu’un qui ne comprend rien à l’économie, qui n’a aucun programme clair ni même la moindre ébauche de début d’idée de ce qu’il va faire. Il lui est souvent arrivé de demander des conseils et des idées à ceux qu’il a rencontré.

Toujours est-il que le chef du gouvernement chargé, est en train de faire du sur-place et n’arrive ni à avancer ni a convaincre quelqu’un de travailler avec lui. Bien au contraire, il n’a réussi qu’à décourager tous ceux qui se sont entretenus avec lui et à les pousser à décider de ne pas participer à son gouvernement.

Au final, est-ce que monsieur Habib Jemli est bien l’homme qu’il faut pour la circonstance? Celui  qui va pousser le pays, sur la voie du développement et le sortir de sa crise, grâce à ses compétences, et sa maîtrise de la gestion des hommes et des équipes ? Espérons-le! Sinon, il va falloir s’attendre au pire, bien que pire que ce que vit le tunisien en ce moment soit assez difficile à imaginer…

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut