Tunisie : Hamadi Jebali accuse des parties politiques et sociales d’avoir un projet pour faire tomber le Gouvernement

Le chef du gouvernement provisoire Hamadi Jebali a fait porter “à certaines parties politiques et sociales”, sans les nommer, la responsabilité d’entraver l’action du gouvernement en semant le trouble et en encourageant les revendications sociales.

Lors d’une rencontre samedi 18 février à la résidence de consul général de Tunisie à Jeddah avec des membres de la communauté tunisienne dans la région ouest du royaume où il a entamé une visite officielle, M. Jebali a souligné que ces parties ont clairement annoncé leur projet “de faire tomber le gouvernement dans un délai de 90 jours”.

“Ces parties ne visent pas seulement la troïka au pouvoir mais cherchent aussi à faire échouer le processus de transition que connaît le pays”, a estimé M. Jebali, mettant en garde contre la poursuite de tels agissements qui risquent de mener s’ils venaient à se poursuivre “à la fermeture de nouvelles usines à forte employabilité”.

M. Jebali s’est interrogé sur les moyens permettant de résoudre les problèmes économiques et sociaux tout en tenant compte de l’augmentation de salaires à hauteur de 30%, le maintien d’une politique de subvention des produits de consommation avec une hausse de 27% par rapport à l’année dernière et un indicateur de développement qui stagne à hauteur de zéro pour cent.

Il a dans ce contexte annoncé que le gouvernement soumettra dans deux semaines à l’assemblée constituante un programme détaillé du budget de l’Etat, affirmant l’attachement du gouvernement à récupérer les biens spoliés par les symboles de l’ancien régime.

La communauté tunisienne établie dans la région ouest du Royaume compte, rappelle-t-on, 6 mille Tunisiens, dont une majorité de cadres et de hauts responsables dans de grandes entreprises actives dans les domaines du tourisme, des affaires et des finances.

Le premier ministre Hamadi Jebali a souligné, par ailleurs, la nécessité de renforcer les relations de coopération et de partenariat entre la Tunisie et le royaume d’Arabie Saoudite particulièrement en cette étape délicate que traverse la Tunisie.

M. Jebali a insisté sur le fait que le processus visant à conforter le partenariat économique entre la Tunisie et l’Arabie saoudite ne doit pas être lié à la question de la présence de l’ex-président Ben Ali dans ce pays.

Il a indiqué que l’objectif de sa visite est de renforcer les relations avec le royaume d’Arabie saoudite dans les domaines économiques soulignant la volonté saoudienne d’investir en Tunisie.

Source: TAP

Commentaires

Haut