Politique

Tunisie – Hamadi Jebali : « On a foiré… mais on ne décourage pas » !

Tunisie – Hamadi Jebali : « On a foiré…   mais on ne décourage pas » !

En guise d’annonce d’un dénouement au feuilleton du remaniement, Hamadi Jebali est sorti ce samedi 26 janvier pour avouer un échec : « Nous ne sommes pas arrivés à un remaniement gouvernemental mais les négociations ont été positives » !

Donc, fin de la première partie du feuilleton qui trainait depuis le mois de juillet dernier ! Mais Jebali promet, qu’il y aura, sous peu, une deuxième partie. Et peut être même une troisième et plus encore, vu que le peuple a l’air d’apprécier ce genre de feuilleton à suspense.

En effet, le chef du gouvernement a annoncé « C’est mon devoir de chef de gouvernement de soumettre dans les jours à venir une liste des membres du gouvernement à l’Assemblée nationale constituante pour approbation… J’espère arriver à un consensus, sinon je vais proposer la liste que je juge valable ».

Pour revenir un peu à l’histoire du feuilleton, la série que nous propose le gouvernement est devenue lassante et insipide. Le scénariste de cette série donne l’impression de diffuser des épisodes d’une série qu’il est en train d’écrire au fur et à mesure. Mais en bon scénariste débutant qui se respecte, il en arrive à tomber dans la répétition, car à court d’imagination et à force de rallonger la série, il oublie ce qu’il a déjà diffusé et redit des choses déjà connues et même détestées.

Hamadi Jebali semble content de lui, comme tout débutant qui est aux anges quand il commence à apprendre. Il s’est donc réjoui de « la dynamique et de la franchise qui ont imprégné les consultations avec les partis politiques », ainsi que de « l’entente de tous les partis sur la plateforme politique, c’est-à-dire la nécessité d’un dialogue national  pour s’entendre sur une feuille de route par rapport à la gestion de ce qui reste de la période transitoire, un calendrier pour la fin de la rédaction de la constitution, et la tenue des élections, ainsi que la mise en place des instances électorale, judiciaire et des médias ».

Tout compte fait, c’est vrai, le chef du gouvernement a de quoi être content. Il a pu, l’espace de quelques jours, donner l’impression que la Troïka, et surtout Ennahdha, ne courait pas derrière « le partage du gâteau ». Il a par ailleurs, pu semer la zizanie au sein de certains groupes, en réussissant à débaucher quelques uns de leurs éléments. Mais là non plus, il n’a pas tout à fait raison, car cette manœuvre aura permis aux autres partis de détecter et d’évincer ces éléments peu recommandables qu’ils renfermaient. De telle façon qu’ils vont se retrouver en quelque sorte « épurés » des êtres avides. Mais aussi, ils sont assurés que, désormais, plus personne n’osera approcher les gens de la Troïka qui débauchent des « honnêtes gens » pour les jeter en pâture tout de suite après. On ne peut s’empêcher, ici, d’avoir une pensée pour ce « pauvre Goumani » qui n’a pas eu de chance, alors qu’il n’en est, parait-il, pas à son premier coup fourré avec son parti.

Donc, pour revenir, une dernière fois, à notre histoire de feuilleton, les scénaristes du gouvernement doivent savoir que ce n’est pas de la sorte qu’il faut procéder pour écrire un bon scénario qui tient la route, et surtout tient en haleine les spectateurs, sur plusieurs saisons, puisqu’ils ont l’air d’être partis pour plusieurs années. Il y a des manières Ô combien plus intelligentes de le faire. Ils devraient demander à des gens d’expérience. Tient, mais au fait, ils en ont des gens d’expérience, sous la main ! Alors pourquoi ne pas leur demander conseil ? Une autre pensée, ici, à notre cher Sami national !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut