Tunisie – Houcine Abbassi : Nous ne faisons que nous défendre et défendre les intérêts du pays !

Le secrétaire général de l’UGTT a eu un entretien avec la chaine TV privée Nessma, ce dimanche 9 décembre, où il était question de la situation générée par l’attaque du siège de l’UGTT et la décision de grève générale qui s’en est suivie.

 

Abassi était à la fois ferme sur sa position et ouvert au dialogue :

« La grève générale n’a jamais été un caprice ni notre souhait. Nous avons été poussés à y recourir. Nous avons tout fait pour apaiser les tensions, mais en contre partie, ils n’ont fait que nous provoquer » !

« Nous restons toujours pour un dialogue constructif et pour l’apaisement, et nous espérons après la grève générale, un retour à la vie normale… J’entrevois une lueur au bout du tunnel » !

 

En ce qui concerne les motivations du mot d’ordre de grève générale, il a répondu que :

« La grève générale c’est pour défendre notre existence même, et pour transmettre un message à ceux qui projettent de nous nuire, qu’il faudrait qu’ils revoient leur stratégie ».

« Il faut que les gens sachent qu’en détruisant l’UGTT, c’est toute la société civile qu’ils veulent anéantir » !

L’UGTT défend les intérêts du pays. Hached n’a-t-il pas dit : « Ô peuple, je t’aime » ?

 

Il affirme, par ailleurs, que la décision n’émane pas de lui ou de son entourage :

« La décision de la grève générale a été prise à l’unanimité des voix au niveau de la haute instance administrative, car tous les présents, toutes orientations confondues, ont fait prévaloir leur appartenance à la centrale syndicale dont l’intérêt prime sur toute autre considération partisane ».

 

Sur le plan de la disponibilité de l’UGTT au dialogue, il affirme que :

« Nous sommes toujours prêts au dialogue. Mais nos conditions sont que le gouvernement soit sincère et de bonne foie. Et il faudrait qu’on se mette d’accord sur l’importance des dégâts occasionnés et sur qui se cache derrière ça ».

« Pour ce qui est des tentatives de conciliation, je n’ai eu aucun contact avec le chef du gouvernement depuis le 4 décembre. Et il est hors de question pour moi, de négocier avec Ghannouchi. Il faut que les discussions se fassent avec le chef du gouvernement ».

« En vertu de quoi devrais-je discuter avec Ghannouchi et en sa qualité de quoi » ?

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut