Politique

Tunisie – Il y aura l’avant, et l’après, visite de Saïed en France !

La visite de travail du président de la République, Kaïs Saïed en France aura marqué, en ce mois de juin 2020, un tournant dans le paysage politique tunisien. Une visite après laquelle plus rien ne sera comme avant. Une visite qui aura permis à Kaïs Saïed d’afficher son affranchissement de tous ceux qui, pour des desseins électoraux, lui ont collé au portrait comme autant de cadeaux empoisonnés,  parce qu’ils ont fini par lui rendre la vie pénible, lui qui aurait tant aimé rester agréable à l’égard de tout le monde.

Depuis que certains pécheurs en eaux troubles se sont mis en tête de marcher sur ses plates bandes, de prendre des positions concernant des dossiers qui sont de son seul ressort, ce qui revient à dire qu’ils parlaient en son nom et place, Kaïs Saïed a commencé à sentir l’entourloupe et il a fait savoir qu’il n’était pas homme à se laisser faire, ni à se laisser marcher sur les pieds.

Il a commencé par expliquer gentiment qu’il n’était pas d’accord avec ceux qui entendaient parler à sa place. Puis voyant que ces « intrus » ne voulaient pas le lâcher et tenaient à exploiter son nom, voire même, pour quelques uns, son image, comme fonds de commerce politique, il a commencé à afficher son opposition à ces orientations qu’on voulait insidieusement lui imposer.

Ses tourmenteurs n’avaient pas d’autre choix que de continuer à pousser dans le sens de lui faire adopter leur pensée et leur orientation, puisqu’il était le seul à avoir le droit de s’exprimer sur certains sujets qui leurs tenaient à cœur, croyant, peut-être qu’il n’était pas aussi dur que çà à manier. Ils ont même décidé de renforcer leur offensive dans l’espoir de le forcer à abdiquer et à s’aligner derrière leurs désirs et leurs desseins. Mais il n’a pas bougé. Pire encore, il a gardé un mutisme qui les mettait mal à l’aise puisqu’ils ne savaient même pas ce qu’il pensait de quoi que ce soit.

Mais quand ils ont dépassé toutes les lignes rouges, en essayant de le forcer à adopter des positions contraires aux intérêts du pays et des citoyens et qui allaient dans le sens de ceux de leurs donneurs d’ordres, il a décidé de les secouer un bon coup.

Il a profité justement de sa visite à Paris, pour afficher, non seulement, à l’opinion publique nationale, mais aussi devant la communauté internationale toute entière, les positions dont il était convaincu et qui n’ont rien à voir avec leur bêtise et leur immaturité politique.

C’est ainsi que Saïed a, au cours de cette visite, tenu à mettre les points sur les « i ». Désormais, c’est clair. Tout le monde sait ce qu’il pense de la position à adopter par rapport au dossier libyen, ainsi que de sa conception des relations de la Tunisie avec ses amis et alliés historiques. De quoi clouer le bec à ses « amis » qui n’arrivent pas, 24 heures après, à digérer le coup et qui n’ont pas encore décidé de la suite à donner à ce faux bond qui leur a fait perdre la face par rapport à leurs donneurs d’ordres.

Il y a fort à parier qu’à son retour, le président de la République va devoir faire face à une grande campagne de la part de ses détracteurs qui vont essayer de le discréditer… Mais il est, en principe, difficile de discréditer un homme qui jouit d’un électorat et d’un plébiscite aussi larges.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut