Tunisie – Ils ont dit à Elyes Fakhfekh : « C’est nous, ou l’intérêt national » !

On sait maintenant qui se cache derrière l’éviction du meilleur ministre du cabinet de Youssef Chahed, René Trabelsi. La majorité des observateurs s’est étonnée de la mise à l’écart de René Trablesi de la formation du gouvernement d’Elyes Fakhfakh, alors qu’il a été le seul ministre du gouvernement sortant à avoir rempli son contrat, au-delà de ce qu’on espérait, voire de ce qu’il s’était fixé comme objectif.

En effet, René Trabelsi a été, à son investiture, le seul ministre à s’être fixé des objectifs chiffrés et des délais pour les atteindre. Il a relevé le pari d’atteindre ces objectifs et les a même dépassé, en engrangeant réussite sur réussite, en ramenant des millions de touristes et en enregistrant des recettes record, qui ont fortement contribué à une amélioration de la situation financière du pays, entre autres, des avoirs du pays en devises.

Malgré cette réussite sans égal, nous avons eu la surprise de ne pas le retrouver au sein de l’équipe Fakhfekh, alors qu’il était sur sa lancée et préparait de nombreux projets pour promouvoir, encore plus, le tourisme tunisien.

Cette mystérieuse absence ne l’est pas restée trop longtemps, puisque ceux qui ont été derrière, se sont manifestés et ont revendiqué, avec fierté, cette décision assimilable à une trahison de l’Etat. Alors que, normalement, si on se rend coupable d’un tel acte, on devrait se taire et garder le secret en priant que çà ne se sache pas.

Les tunisiens ont appris, ce jeudi, à travers les ondes d’une radio privée, qui se cachait derrière cette perte pour le pays. Il s’agit du mouvement Echaâb, dont l’un des dirigeants, en l’occurrence Moncef Bouzazi, n’a pas pu se retenir de se vanter que son parti a été derrière la mise à l’écart de René Trabelsi. Plus encore, il a annoncé que les leaders de son parti ont lancé un ultimatum à Elyes Fakhfekh, lui disant « C’est nous, ou René Trablesi et nous ne ferons jamais partie d’une équipe qui compte un ministre coupable de normalisation avec l’Etat d’Israël » !

En d’autres termes, ces lumières de la politique et de la relance économique, en plus du fait qu’ils ne font pas, la différence entre sioniste et israélite, ont posé comme condition à Elyes Fakhfekh : C’est nous, ou l’intérêt du pays ! Le comble, c’est qu’Elyes Fakhfekh les a choisis eux, au détriment de l’intérêt de la Nation ???

On dirait, bien, que çà démarre sur les chapeaux de roues !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut