Societe

Tunisie – Imed Hammami : Le ministre-étudiant qui soutient son mémoire de mastère à huis-clos

Les membres du syndicat des professeurs universitaires ont condamné la façon avec laquelle le diplôme de Mastère a été attribué à Imed Hammami, ministre de la Santé et a appelé, le recteur de l’université La Zitouna, de même que le ministre de l’Enseignement Supérieur, à ouvrir une enquête à propos des conditions dans lesquelles, Hammami a soutenu son mémoire. Ils ont promis de saisir la justice, en cas de refus de cette enquête.

En effet, les universitaires ont déploré que le ministre-étudiant ait ordonné au préposé à la salle des soutenances, de fermer les portes et d’interdire l’accès de la salle aux universitaires et chercheurs, qui ont, de par la loi, le droit d’assister à la soutenance qui est, obligatoirement, publique.

Par ailleurs, les universitaires reprochent à La Zitouna, d’avoir permis la soutenance et désigné le jury, sans passer par le comité des doctorats et des mastères, qui doit statuer sur la demande de soutenance et donner son avis sur les membres du Jury.

Les universitaires, condamnent aussi le fait que le ministre-étudiant ait été autorisé à se faire accompagner par un chercheur, qui lui aurait rédigé le mémoire, et qui a été accepté au cours de la soutenance. Il était chargé de noter les remarques des membres du jury et de préparer les réponses de l’étudiant. Ce qui est strictement illégal.

A noter que le ministre de la Santé, et anciennement de l’Emploi, a soutenu, dernièrement un mémoire de mastère en Civilisation islamique intitulé, « les dimensions civiques de l’interdiction de l’esclavage en Tunisie ». Un thème à la pointe de ses centres d’intérêts quotidiens.

Quant à la requête des universitaires, elle a été, sèchement, rejetée par le recteur de l’université La Zitouna, qui a passé sous silence tous les dépassements relevés par les plaignants et a juste répondu à la plainte concernant le huis-clos, en consentant que les soutenances sont, normalement, publiques mais que le poste politique du candidat, de même que la tension qui régnait au sein de l’université, ont fait qu’il se soit soumis au choix de Hammami de soutenir à huis-clos.

Maintenant, pourquoi ce huis-clos ? Qu’avait à cacher l’ingénieur-ministre et récemment titulaire d’un mastère?  Pourquoi a-t-il préféré fuir les remarques et la critique de ses « pairs » les chercheurs ?

Il n’y avait pas de quoi, car il n’a jamais été connu souffrant de la moindre timidité.  Par ailleurs, il paraîtrait, selon le témoignage du recteur de l’université, qu’il a été le plus brillant des étudiants , qu’ait connu La Zitouna.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut