Tunisie – Incertaine de son « poids », Ennahdha procède par le chantage

Depuis le début des négociations en vue de former le prochain gouvernement, les dirigeants d’Ennahdha n’ont qu’un seul mot à la bouche : « Nous avons été choisis par le peuple, pour gouverner… Et nous allons gouverner » ! Entendez par là, qu’Ennahdha va présider et former le gouvernement.

Sauf que là, il y a un problème. Et un problème de taille. Comment Le Cheikh va-t-il pouvoir avaler la pilule de se trouver au rang de « simple » député et quelqu’un d’autre d’Ennahdha qui va le surclasser, puisqu’il sera le chef du gouvernement ?

S’il y a deux choses dont le Cheikh Ghannouchi est sûr, c’est qu’il n’a ni le physique ni la compétence de présider le gouvernement, surtout sur fond de crise financière étouffante. Mais, aussi que la présidence de l’ARP ne lui est pas acquise. Puisqu’il est considéré par de nombreux partis, comme pouvant être un facteur de tension à l’ARP, plus qu’un président fédérateur qui va pouvoir mener des séances pour chercher le consensus, notamment, lors du vote sur les propositions de lois.

Donc, la priorité pour Ennahdha ou du moins pour son chef, c’est de décrocher la présidence de l’ARP. Sachant qu’Ennahdha a, depuis toujours, considéré que le vrai pouvoir se joue au Bardo.

Mais comme ce n’était pas acquis et que Ghannouchi sait qu’il risque de ne pas collecter les votes suffisants pour son élection, il est passé au plan « B », à savoir le chantage.

En effet, le raisonnement avec lequel Ennahdha est en train de conduire les négociations n’est que pur chantage. Nous allons gouverner, nous allons former le gouvernement, nous allons choisir parmi nous, le prochain chef du gouvernement… Ce qui a bloqué toutes les voies de négociations… Ensuite, comme tout maître chanteur qui se respecte,après avoir fait monter les enchères et fait miroiter le péril, Ennahdha fait semblant de faire des concessions, pour la présidence du gouvernement… Mais à une seule condition : « Si vous voulez un chef du gouvernement indépendant et compétent, il faudra voter pour le Cheikh à la présidence de l’ARP…

Et ce n’est pas négociable !!!

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut