Politique

Tunisie – La guerre à l’ARP autour du fonds de compensations ou autour d’un financement étranger de la campagne d’Ennahdha ?

Le vote, à l’ARP, du fonds Al Karama, consacré au dédommagement des victimes de la tyrannie a été une occasion de plus pour différentes parties de s’opposer dans des duels et des dialogues de sourds.

En effet, les députés du bloc Nidaa tounes, appuyés par ceux du Front Populaire, ont affirmé que du moment que le fonds Al Karama est devenu incontournable, car crée par un texte constitutionnel, il est impératif de mieux gérer ses ressources financières et sa gestion. La proposition de ces blocs est que l’Etat soit exonéré de verser une participation au fond, pendant au moins les trois prochaines années, à cause du déficit que connait le budget national.

Ces propositions ont été mises à profit, par certains députés loyaux à Youssef Chahed et ses alliés d’Ennahdha , pour dénoncer sur l’arène Facebook, ce qu’ils ont appelé “l’hypocrisie politique de Nidaa Tounes” qui reconnait et défend ce fonds contrairement à ce qu’il déclare en public.

Une accusation qualifiée par le député Mongi Harbaoui toujours à travers Facebook, de “bêtise politique.” Car, a ajouté Harbaoui, Nidaa Tounes ne pouvait ni ignorer ce fond ni l’annuler, puisqu’il existe par décision constitutionnelle, ce qui ne signifie pas qu’il défend les desseins pour lesquels il a été détourné.

Harbaoui a ajouté que son parti, ne peut pas remettre en question des décisions constitutionnelles, il s’est donc contenté de proposer de réglementer les ressources de ce fonds, en interdisant tout argent en provenance de l’étranger et en se contentant des éventuels dons de l’intérieur du pays. Comme il a proposé de confier au gouvernement la gestion des ressources de ce fonds et ne pas les laisser entre les mains d’Ennahdha et de ses pions, en allusion à Sihem Ben Sedrine.

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com