Societe

Tunisie: La HAICA dénonce l’utilisation du discours religieux pour l’attaquer

La Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) a mis en garde contre le “danger de l’utilisation croissante du discours religieux extrémiste pour l’incitation à son encontre et contre certains de ses membres, par des personnes qui savent depuis le début de la révolution utiliser des discours appelant à la violence et à la haine, exploitant leurs caractéristiques religieuses et partisanes, ce qui menace la sécurité des ses membres et leur sécurité. ”

Dans un communiqué publié mercredi, la HAICA a affirmé que “toutes les décisions prises par son conseil sont prises conformément aux procédures légales stipulées dans le décret n° 116 de 2011 du 2 novembre 2011”, considérant ces campagnes incendiaires contre la Haute autorité comme “une tentative de voiler l’étendue des violations et graves infractions à la loi régissant les médias audiovisuels”.

Après avoir salué les positions des syndicats, des associations et des organisations nationales et internationales la soutenant contre les tentatives de la cibler ainsi que ses membres, la Haute autorité de l’audiovisuelle a déclaré: “Ces positions ne feront que l’inciter davantage au travail, insistant sur la poursuite de sa mission, dans le cadre du respect des lois fondatrices et du rôle qui lui est confié pour contribuer à l’édification d’une société civile démocratique”.

La HAICA a fait assumer à toutes les autorités publiques, y compris le parlement, la présidence du gouvernement, la présidence de la République et le pouvoir judiciaire, “leurs responsabilités concernant la poursuite de ces discours, en ne statuant pas sur les plaintes déposées contre leurs auteurs”, appelant à la publication rapide d’une nouvelle loi audiovisuelle qui garantisse l’installation d’une nouvelle autorité de révision indépendante de toutes les composantes et tous les partis politiques. ”

Elle a également averti que “continuer à tolérer l’activité de certains établissements médiatiques en dehors des cadres juridiques avec le soutien de parties influentes, conduit à de graves violations du paysage des médias audiovisuels et viole les termes de l’intégrité du jeu démocratique”.

Dans la même communiqué, la HAICA a appelé les membres du Parlement à “faire preuve d’esprit de responsabilité imposé par leur position et par la fragilité du contexte actuel et à assurer le parachèvement du processus des fondements de l’État civil démocratique, en particulier les organes constitutionnels, d’une manière qui garantisse son indépendance, à l’écart des interactions et de l’influence de l’argent corrompu et des centres de pression des partis ”

Cette déclaration fait suite à “la campagne incendiaire contre la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle par certains membres de l’Assemblée des Représentants du Peuple, en particulier ce qui a été écrit par le représentant Ridha Jawadi sur sa page Facebook le 24 janvier 2020, contre la HAICA et contre son membre, Hichem Seonussi, à partir des expressions “takfiristes” (apostats), qui présente la Haute autorité une structure qui pratique des actes malveillants contre tout ce qui touche à l’Islam et au Saint Coran, ainsi que ce qui a été diffusé sur “Radio Qur’an” (sans licence), par son représentant Saïed Jaziri, le 13 janvier 2020, en terme d’atteinte au président de la HAICA et à ses membres”.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut