Tunisie – La LTDH défend le droit des citoyens de ne pas jeûner en public

La ligue tunisienne des droits de l’homme a publié ce vendredi, un communiqué, pour condamner les dernières interventions des forces de l’ordre dirigées contre les cafés et autres restaurants qui étaient ouverts pendant la journée, durant ce mois de Ramadan, ainsi que le harcèlement des non-jeûneurs et les poursuites engagés contre eux et certains propriétaires de cafés.

La LTDH a refusé d’accepter les explications du ministre des Droits de l’homme, Mohamed Fadhel Mahfoud, qui avait déclaré que ces actions ne représentaient pas les décisions de l’Etat, mais  n’étaient que des initiatives personnelles de certains sécuritaires. La ligue refuse, par ailleurs, les explications de Mahfoudh en rapport avec le fait que ces actions soient des séquelles d’anciens réflexes et agissements de certains sécuritaires.

La Ligue a assuré que ces faits sont les répercussions inévitables des déclarations de certaines parties politiques qui ont appelé à punir les gens qui ne respectaient pas les directives de la religion islamique.

La LTDH a appelé au respect du principe constitutionnel de la liberté de culte et de la liberté personnelle, ajoutant que le fait de ne pas observer le jeûne, même en public, n’était pas un crime répréhensible.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com