Tunisie: La ville de Tabarka abritera le prochain sommet de l’UMA

Le secrétaire d’Etat aux Affaires africaines, maghrébines et arabes, Abdallah Triki, a annoncé que la ville de Tabarka abritera dans les prochains mois, le sommet des pays de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) convenu lors de la tournée effectuée, récemment, par le président de la République provisoire Moncef Marzouki dans plusieurs pays de la région.

L’organisation de ce sommet a fait l’objet d’un suivi à l’occasion de la dernière réunion des ministres des Affaires étrangères maghrébins, a affirmé Abdallah Triki.

M. Triki a souligné le caractère central de la dimension maghrébine dans la politique étrangère de la Tunisie qui est apparue à travers l’intensité des déplacements des responsables tunisiens en direction des pays de la région.

Cette dimension apparaît aussi ainsi à travers une action collective destinée à réactiver les accords de coopération bilatéraux et multilatéraux. Ces accords englobent notamment l’accord de libre-échange d’Agadir, outre la présentation de nouvelles initiatives, telles que la création d’un parlement maghrébin et l’élargissement des prérogatives du secrétaire général de l’Union du Maghreb arabe et du conseil des ministres des affaires étrangères.

Le secrétaire d’Etat a rappelé, à ce propos, la proposition du président de la République relative à la réactivation des cinq libertés (circulation, résidence, propriété, investissement et élections municipales) dans l’espace maghrébin.

Il a appelé aussi à l’approfondissement de la réflexion sur l’idée de créer un conseil consultatif par la société civile et la création d’une université maghrébine dont les diplômes seraient reconnus à l’échelle internationale, avec des sections dans chaque pays.

Evoquant le lancement de projets de développement des régions frontalières dans les gouvernorats du Sud tunisien limitrophes de la Libye ainsi que dans les six gouvernorats frontaliers avec l’Algérie, M. Triki a précisé que ces projets concernent essentiellement les lignes de chemin de fer transfrontalières, la réactivation du train maghrébin, l’aménagement d’une autoroute et l’approvisionnement en électricité ainsi que l’établissement de zones de libre-échange entre les régions frontalières.

Il a indiqué qu’un projet d’augmentation de la capacité du gazoduc reliant l’Algérie et l’Europe (Italie) via le territoire tunisien est à l’étude. Ce gazoduc devrait passer d’une capacité de transit de 3 millions de tonnes à 9 millions.

Source: TAP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com