Economie

Tunisie – Le gouvernement détruit le secteur des cafés et restaurants

Tunisie – Le gouvernement détruit le secteur des cafés et restaurants

D’après les résultats de l’indice des prix à la consommation publiés par l’Institut national de la statistique (INS) au mois de septembre dernier, un ménage tunisien consacre 2.1% de son budget de consommation aux loisirs et activités similaires.
Néanmoins, la contribution directe du secteur des loisirs à la création de la valeur économique en Tunisie est difficilement cernable. Le calcul est réalisé par l’INS, à ce niveau, en faisant la somme des valeurs ajoutées des secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des cafés, tout en excluant les autres domaines qui y sont liés directement et ayant des valeurs ajoutées concernées par les normes internationales tels que le transport, les agences de voyage, les services culturels et de loisirs.

Cette méthode ne reflète pas la valeur réelle de la contribution du secteur des loisirs, d’autant plus qu’elle sous-estime la valeur ajoutée des cafés et restaurants.

Depuis la propagation du Covid-19 au pays, les cafés, les restaurants, les gargotes et les commerces similaires sont ignorés par le Gouvernement.

D’ailleurs, des protestations ont été organisées, au cours de la semaine dernière par des propriétaires de cafés et restaurants dans toutes les grandes villes pour revendiquer l’allègement des mesures nuisant à leurs activités, notamment l’interdiction des chaises et les tables.

Cafetiers et restaurateurs dénoncent régulièrement ces mesures, appliqués par mimétisme en Tunisie, qui selon leurs dires, nuisent gravement à leurs intérêts, sachant que plusieurs spécialistes indiquent que des centaines de milliers de personnes travaillant directement et indirectement dans ce secteur sont menacés par la faillite et le chômage.

Il est à préciser que le taux de chômage durant le deuxième trimestre de cette année a augmenté de 18%, contre 15.1% durant le premier trimestre de la même année, selon le projet de loi de finances complémentaires de 2020.

Le taux de chômage des hommes a atteint 15.2% et 25% des femmes, selon la même source.

Les « mesures » gouvernementales suivistes et mal adaptées au contexte tunisien ont détruit le secteur des cafés, des restaurants, des loisirs et des commerces similaires et n’épargneront pas d’autres secteurs surtout en cas de généralisation de la mesure « phare » léguée aux soins des gouverneurs, à savoir le couvre-feu.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut