Tunisie – Le ministère de la Santé réagit à la décision de fermeture du service de néonatologie à l’Hôpital Charles Nicolle

Suite à l’article publié par Tunisienumerique, jeudi 18 juillet, en rapport avec la décision prise par la cheffe du service de néonatologie de l’hôpital Charles Nicolle, de fermer son service et d’en transférer les malades vers d’autres structures, pour impossibilité de continuer de travailler en l’absence de toutes les conditions requises, aussi bien sur le plan ressources humaines qu’infrastructure ou de respect des disposition d’hygiène.

Le ministère de la santé a instantanément réagi, en assurant que le dossier soulevé par la cheffe de service en question est déjà en cours de traitement et qu’une autre structure plus adaptée, en l’occurrence, un service de réanimation pédiatrique, allait être mise à la disposition du service de néonatologie, en attendant l’achèvement des travaux du tout nouveau service de néonatologie,  financé par une ligne italienne, dans ses dernières phases et qui constituera le meilleur service de cette spécialité à Tunis, avec une importante capacité d’hospitalisation, aussi bien en termes de lits simples, qu’en termes de postes de soins intensifs pour bébés.

Par la suite, il y a eu, ce vendredi matin, une énième réunion qui a regroupé la cheffe du service avec les hauts responsables du ministère qui ont revisité le service et l’ont inspecté de façon minutieuse. Suite à cette réunion, la cheffe du service a préféré ne pas transférer ses activités dans le service de réanimation qu’on lui proposait de façon provisoire et un compromis a été trouvé, sur place, pour entreprendre les mesures nécessaires afin de s’aligner sur les normes d’hygiène et de stérilisation et en renforçant le personnel du service, aussi bien en médecins qu’en paramédicaux. De façon à ce que ledit service puisse reprendre ses activités dans des conditions optimales, en attendant le transfert définitif dans le nouveau lieu, en cours d’achèvement.

Morale de l’histoire : Tout est bien qui finit bien et quand on veut, on peut. C’est dans cette mesure, que le dénouement de la situation a été possible, quand la cheffe de service a agi, à temps, pour attirer l’attention des autorités et quand celles-ci, représentées par Sonia Ben Cheikh, la ministre de la Santé par intérim, ont réagi au quart de tour, pour chercher et trouver la solution adéquate afin de rétablir le travail dans les meilleures conditions et dans les plus brefs délais.

Finalement les gagnants auront été les bébés tunisiens et leurs parents qui vont pouvoir bénéficier des soins dans de meilleures conditions.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut