Politique

Tunisie – Le pays dans une voie sans issue à cause d’un point de discorde entre BCE et le Cheikh Ghannouchi

Malgré la dernière réunion qui a eu lieu entre BCE et Ghannouchi, au palais de Carthage et malgré la déclaration de ce dernier à l’issue de cet entretien, laissant supposer une prochaine et rapide issue de crise, la situation demeure complètement bloquée, à cause de la persistance d’un seul point de discorde entre le président Béji Caïed Essebsi et Rached Ghannouchi.

Cette divergence ne concerne nullement, comme le pensent certains, le maintien de Chahed à La Kasbah, ni même sa promesse de ne pas se porter candidat aux prochaines élections présidentielles.

Le seul point de discorde qui demeure entre les deux hommes c’est qu’après avoir été d’accord sur le départ de Chahed, Ghannouchi aurait proposé à BCE de choisir auparavant son successeur, soumettant une liste de noms, parmi lesquels le président pourrait choisir le nouveau chef de gouvernement.

Ainsi, Ghannouchi  laisse tomber l’argument de “la stabilité politique du pays” au moment où il en a le plus besoin et oublie “les échéances qui ne laissent guère de marge de manœuvre pour un changement radical de gouvernement”, afin peut-être de pouvoir placer un homme qui serait à ses ordres, et qui surtout, ne constituerait pas un concurrent sérieux en 2019.

Ghannouchi aurait, en effet, proposé, pour gagner du temps, de choisir le nom du successeur de Chahed avant d’annoncer son départ. Chose que BCE a fermement rejeté, revendiquant l’exclusivité du droit de désigner le chef du gouvernement.

Les deux hommes se sont quittés sur ce énième désaccord qui maintient le pays dans une situation de blocage politique.

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com