Tunisie – Les permis de circuler en période de confinement : Délivrés pour qui… Et sur quelle base ?

Ils sont de plus en plus nombreux, au fur et à mesure que la période du confinement sanitaire global s’étend en longueur, à commencer à s’impatienter et à trouver la mesure handicapante pour eux et pour leurs affaires.

Une grande partie parmi ces gens qui protestent, pour le moment en silence, sont des hommes d’affaires et des premiers responsables d’entreprises privées qui, malgré la mise en place de mesures de travail à distance, n’arrivent plus à faire tourner leurs entreprises, et trouvent énormément de difficultés, notamment, en ce qui concerne les dispositions administratives, obligatoires à effectuer pour débloquer les paies de leurs salariés.

Plusieurs entrepreneurs ont tenté d’obtenir des laissez-passer, pour eux ou à défaut, pour leurs responsables des ressources humaines ou leurs responsables financiers, pour pouvoir maintenir à flot leur affaire, mais ont essuyé des refus de la part des autorités.

En cette période où le gouvernement assure que son premier souci, après la lutte pour la santé des citoyens, demeure celui de préserver le potentiel des entreprises économiques à pouvoir redémarrer, dans les meilleures conditions, après l’épidémie et de préserver, en premier lieu, les emplois de tous les salariés dans tous les domaines, il importe aux responsables en charge de ces laissez-passer, de faire preuve de plus de « compréhension », avant de répondre aux demandes, et de mieux les étudier, afin de juger de l’opportunité de délivrer des permis de circuler, en faisant une meilleure évaluation des contraintes suscitées par le confinement, pour pouvoir juger de celles qui ne pourraient être résolues sans ces sésames et qui pourraient être préjudiciables aux citoyens et aux entreprises.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut