Tunisie – L’impunité de la petite délinquance encourage le passage au grand banditisme

La scène s’est passée ce mardi, 1er janvier, au beau milieu du matin, quasiment au centre de la ville de Sfax et plus précisément au tout début de la route de Sfax.

Une douzaine de « gosses » se sont rassemblés au dessus d’un des ponts qui enjambent la voie ferrée… Ils avaient l’air d’attendre en s’amusant… Ils attendaient quoi ? Eh bien, tout simplement le passage du train sous leurs pieds…

Ils se sont alors acharné sur le convoi, en le caillassant à qui mieux mieux, sous le regard évasif et démotivé des passants. Les quelques rares personnes âgées qui étaient de passage et qui ont assisté à cet acte, n’ont pu osé que marmonner entre leurs lèvres des reproches aux enfants, à leurs parents, ainsi, et c’est là que çà devient grave, aux forces de l’ordre, qui ne se dérangent pas pour de « telles futilités ».

Il est bien vrai que les forces de l’ordre ont travaillé comme des forcenés, la veille,  mais de là à laisser faire cette bande de graines de bagnards, se livrer au vandalisme cela devient inconcevable. Car comme dit si bien le dicton: qui vole un œuf, vole un bœuf.  Après avoir caillassé un train, sans être le moins du monde inquiétés, ces gosses oseront aller plus loin et commettre des « bêtises » bien plus graves… Dans quelques semaines, voire quelques mois, on risque de trouver ces mêmes voyous en train de braquer les voitures ou de détrousser les passants… Du moment qu’ils ne seront jamais inquiétés!

Si les autorités veulent rétablir l’Etat de droit, dans ce pays qui part à la dérive, elles n’ont aucune autre alternative que d’appliquer le système de la « tolérance zéro ». Il faut sévir et de façon exemplaire, contre ces voleurs d’œufs, avant qu’ils ne passent au vol des bœufs et plus encore, si impunité !

Commentaires

Haut