Tunisie – L’UGTT organise une veillée ramadanesque pour présenter et discuter le nouvel ouvrage de Mustapha Kamel Nabli

L’UGTT a organisé hier, dans ses locaux, une soirée ramadnesque, pour présenter et discuter le nouvel ouvrage de Mustapha Kamel Nabli, pour lequel il avait choisi le titre optimiste de « J’y crois toujours – Au-delà de la débâcle… Une Tunisie démocratique et prospère ».

Dès l’ouverture des débats, MKN a tenu à exprimer sa fierté de présenter son ouvrage au sein de la prestigieuse centrale syndicale, ce qui témoigne du souci de l’UGTT d’aider à trouver une solution à  la crise qui étouffe le pays. Il a, ensuite, tenu à rappeler que son ouvrage n’est pas, comme certains l’appréhendent, un programme électoral, mais bien une ébauche de diagnostic de la situation avec une revue des causes et des éventuelles options.

Mustapha Kamel Nabli, une pointure qui n’a plus à faire ses preuves, fait partie de la crème de l’élite tunisienne. Son ouvrage présente idéalement la vue et l’approche multifactorielle de la crise, qui résulte selon lui de la conjugaison de plusieurs paramètres, dont l’effondrement des structures de l’Etat en post-révolution, la situation sociale qui a entrainé la chute de la production, surtout minière et la fuite des investisseurs, le tout couronné par les attaques terroristes et la situation critique dans la Libye voisine.

Noureddine Tabboubi était fier d’afficher l’intérêt de l’UGTT à la production scientifique et, surtout, à tout ce qui pourrait aider pour une sortie de crise. L’UGTT était fière de tenir sa première conférence ramadanesque à propos de ce thème et en présence d’une compétence de renommée.

Il est, en effet, opportun de rappeler que MKN a été ancien cadre à la Banque mondiale, ayant occupé le poste de ministère du Plan et du Développement sous Ben Ali et rappelé à la rescousse, en 2011, par Mohamed Ghannouchi, qui l’a nommé à la tête de la Banque Centrale, avec pour mandat de limiter les dégâts inhérents à la période post-révolution et de rassurer les investisseurs étrangers, grâce à son cercle de connaissances.

Il est déplorable qu’en cette période de crise, la Tunisie peut se permettre de se passer des services de telles compétences.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com