Monde

L’Université d’Oxford prend ses distances de Tarek Ramadhan à cause de suspicions de viols

L’Université d’Oxford prend ses distances de Tarek Ramadhan à cause de suspicions de viols

L’université d’Oxford a décidé de mettre en congé l’islamologue Tarek Ramadhan, suite à plusieurs accusations de viols et d’agressions sexuelles à son encontre.

Jusque là restée muette face aux accusations de viol, la prestigieuse université a annoncé que Tarek Ramadhan, professeur en études contemporaines islamiques, n’y enseignera plus, à compter de ce jour et pour une période indéterminée.
“D’un commun accord et avec effet immédiat, Tarek Ramadhan, professeur d’études islamiques contemporaines a pris un congé de l’université d’Oxford”, indique l’université dans un communiqué, soulignant que ce congé “n’implique aucune présomption ou acceptation de culpabilité et permet au professeur Ramadhan de répondre aux accusations extrêmement graves portées contre lui”.
L’université avait mis en place ces derniers jours une cellule d’écoute pour les étudiants. Ces derniers avaient réclamé, via une pétition, une réunion après avoir pris connaissance des accusations dans la presse.
Selon Libération, Tarek Ramadhan enseignait à Oxford depuis octobre 2009, notamment en master d’études contemporaines islamiques. Cette année, il enseignait la philosophie islamique et la théologie.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut