Politique

Tunisie: Mutation de la Première Dame à Sfax, explications de l’ancien juge Ahmed Souab

Tunisie: Mutation de la Première Dame à Sfax, explications de l’ancien juge Ahmed Souab

Le juge administratif à la retraite, Ahmed Souab a commenté la mutation du juge Ichraf Chebil, épouse du président Kaïs Saïed à Sfax, soulignant qu'”il n’y a pas de politique dans la mutation”.

Il a ajouté, dans une déclaration sur radio Mosaïque Fm qu'”il y a une sorte de gêne qui s’est produite depuis que le mari de la juge est devenu président … et elle est respectée par tout le monde … Mais son titre a provoqué une sorte de gêne dans les audience, et on lui a fait comprendre qu’il serait plus approprié pour elle de quitter le tribunal de première instance de Tunis dans l’intérêt du travail … et cela dans le cadre d’une sorte de consensus et de la jouissance de son avancement professionnel”.

Il a poursuivi: “Il y a des délais pour les griefs et les litiges devant le tribunal administratif et la femme du président, en tant que citoyenne, a le droit de faire appel si elle le souhaite … mais d’après ce que je sais, elle n’y recourra pas.”

Le juge administratif à la retraite Ahmed Souab est revenu sur le récent transfert judiciaire approuvé par le Conseil supérieur de la magistrature et a conclu dans son analyse que ce qu’a fait le Conseil de la magistrature judiciaire, puis le Conseil de la magistrature et sa session générale dans son ensemble, est une date importante pour l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Il a estimé que le mouvement judiciaire avait de grandes significations politiques, déclarant: “L’enquête (Bureau) 13 (c’est-à-dire Bechir Akremi) a suscité beaucoup de controverses et de plaintes liées au dossier des assassinats. Il aurait dû être changé il y a des années parce que le bon fonctionnement de la justice l’exige”.

L’ancien juge a ajouté: “Il n’y a pas eu de condamnation explicite par l’inspection … mais sa mutation est un bon comportement, même avec la logique de l’alternance.”

Souab a souligné qu’il est “impossible pour un parti ou une autorité politique d’influencer les décisions du Conseil judiciaire suprême”.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut