Politique

Tunisie – Neji Jalloul : Il n’est plus question pour les jeunes d’être à la traîne des parents. Laissons-les prendre l’initiative ; ils le valent bien !

Le directeur général de l’institut tunisien des études stratégiques, Néji Jalloul a déclaré au cours d’une journée d’études, que la situation critique et tendue des jeunes en Tunisie est, quelque part, due à l’incompréhension, même de la part de l’Etat. La période de l’Etat paternaliste est révolue, a-t-il expliqué. Nous devons faire confiance en nos jeunes. Ils sont très intelligents, a-t-il ajouté. Ils vont savoir créer, exceller et, comme le disent si biens nos aïeuls, « vivre leur vie ».

Le problème des jeunes en cette période de transition démocratique, Neji Jalloul le résume en un mot « Inadaptation ». Une inadaptation du discours et des actions de nous autres, les ainés, avec ce que veulent vivre les jeunes. Nous sommes, inconsciemment, en train d’empêcher les jeunes de vivre leur révolution, la révolution du numérique. Il faut savoir leur faire confiance et les lâcher faire leur monde.

A ce sujet, Jalloul a rappelé que le rôle de l’ITES qu’il préside est, justement d’entreprendre des études, de les présenter à qui de droit, afin d’éclairer et d’aider à la décision. Une décision qu’il conçoit participative donnant le droit à la parole à tout le monde. Mais, a-t-il nuancé, la parole gagnerait à être constructive. Car la démocratie est un mouvement constructif et non basé sur les seuls slogans stériles, les querelles et le chaos.

Il a dit que pour mieux vivre notre époque et laisser nos jeunes construire leur démocratie, il est temps de laisser tomber la logorrhée stérile et les slogans, pour passer à l’action. ; Nous avons perdu assez de temps, a-t-il déploré, et maintenant comme le disait Victor Hugo, a rappelé Jalloul : « Assez de philosophie… Passons à l’action » !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com