news

Tunisie – Nidaa Tounes et BCE séduisent les militants du bassin minier

Tunisie – Nidaa Tounes et BCE séduisent les militants du bassin minier

Devant une assistance record, et dans l’arène du théâtre de plein air de la ville de Gafsa, s’est tenue ce dimanche matin, le meeting populaire du mouvement Nidaa tounes.

Le déplacement des dirigeants du parti vers la ville de Gafsa, s’est accompagné d’un renforcement évident des mesures de sécurité et l’arrivée de nombreux renforts sécuritaires, pour parer à toute éventualité d’actes de sabotage.

Entrée en scène de BCE

Peu après 11 heurs du matin, le président du parti, Béji Caïed Essebsi a fait son entrée sur la scène prévue pour cela. Il était entouré d’un service de sécurité impressionnant avec des agents en gilets pare balles portant des écrans anti projectiles. C’est qu’il y avait des rumeurs incessantes, depuis la veille, en rapport avec des tentatives de sabotage du meeting.

Béji Caïed Caïed Essebsi a, encore une fois, été fidèle au « look Bourguiba » avec, notamment, ses lunettes solaires. Il en a même hérité des tirades de ses discours en faisant allusion, par exemple, et en nommant presque un à un les tribus et les clans de la ville et de la région.

La tenue de ce meeting est un défi et Bouchlaka n’y a rien pu !

BCE s’est d’emblée attaqué au gouvernement, et plus précisément au gouverneur de la région, en lui rappelant qu’il était gouverneur de tous les tunisiens et non pas celui d’Ennahdha et des LPR, en allusion à son indifférence affichée pour les militants de Nidaa tounes par opposition à son accueil la veille de rafik Abdessalem et apparemment de membres des LPR qui se seraient réunis pour préparer une riposte à la visite des membres de Nidaa tounes.

Il a donc insisté pour rappeler que ce meeting est un défi, ou plutôt une réponse au défi qui avait été lancé à Nidaa Tounes, par des leaders des LPR, dans le sens qu’il ne pourrait jamais organiser des réunions dans l’arrière pays.

Programmes de développement et de soutien à la région

BCE, est ensuite passé aux choses sérieuses, en critiquant la situation actuelle du pays, et en assurant que c’était ainsi pareil pour toutes les régions, avec quand même une situation particulière pour la région de Gafsa qui a de tout temps été marginalisée. Il a aussi rappelé les taux record du chômage qui sévit dans cette région (28% contre 18% de moyenne nationale avec 45% chez les diplômés).

Il a aussi précisé que les délégations de Gafsa sont classées parmi les 50 moins bien loties dans le pays.

Et pour y remédier, BCE a déclaré un grand projet global pour la région, sans le préciser. Il a dit qu’il fallait en discuter avec les dignitaires locaux avant de l’adopter, pour qu’il soit cohérent avec les besoins et les spécificités de la région.

Il a cité le projet de l’autoroute qui va pouvoir désenclaver la région. Ce projet a-t-il rappelé devrait démarrer en 2014, mais il a, dans ce sens, appelé les citoyens à mettre la pression sur l’Etat pour qu’il démarre et soit achevé conformément aux prévisions.

Quant à la compagnie des phosphates, il a déclaré qu’elle doit reprendre, au plus tôt, son activité pour le bien de tout le monde. Il a, à cette occasion, surfé sur cette déclaration, et les revendications des riverains par rapport à l’octroi d’un quota des bénéfices de la compagnie pour la région, en les exhortant à maintenir la pression sur le gouvernement pour pouvoir obtenir leur part.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut