Société

Tunisie – Paradis fiscaux : Arrestation du dirigeant d’une entreprise étrangère

Tunisie – Paradis fiscaux : Arrestation du dirigeant d’une entreprise étrangère

Le juge d’instruction près le Tribunal de première instance de Tunis a délivré un mandat de dépôt en prison contre le dirigeant d’une société étrangère soupçonné d’implication dans le blanchiment d’argent en délivrant des passeports et des titres de séjour au profit d’hommes d’affaires tunisiens et étrangers dans ce que l’on appelle les « paradis fiscaux », et en transférant de l’argent sans passer par les services de la Banque centrale de Tunisie, selon ce qu’a confirmé une source bien informée à la presse.

Les données disponibles indiquent que les agents de la Première Division Centrale chargée d’enquêter sur les délits financiers complexes au sein de la Garde Nationale à l’Aouina, avaient des soupçons quant aux activités d’une entreprise dans la région du Lac 2 de la capitale, qui délivrait des passeports et des résidences permanentes au profit des hommes d’affaires tunisiens et étrangers dans des paradis fiscaux comme les îles Caraïbes en Amérique latine en échange d’importantes sommes d’argent en espèces, qui sont ensuite sorties clandestinement du pays.

Après une enquête approfondie, les soupçons se sont concentrés autour d’une société étrangère chargée de fournir des services au profit d’institutions. Au fur et à mesure que les recherches avançaient, des agents de la Première Division Centrale ont perquisitionné le siège de l’entreprise dont le dirigeant étranger a été arrêté et une somme d’argent d’un montant de 138 mille dinars en espèces a été saisie en sa possession.

Selon les données disponibles, les investigations menées par l’unité ont prouvé que le dirigeant de l’entreprise s’était engagé à fournir des passeports, des permis de séjour permanent, des passeports et des permis de séjour en échange d’énormes sommes d’argent payées en espèces à l’extérieur du pays.

Après des recherches approfondies, il a été révélé que l’entreprise utilisait le « transfert noir » en mettant en relation le représentant étranger de l’entreprise en Tunisie avec les salariés de la société mère dans un pays étranger afin d’envoyer et de recevoir les sommes d’argent obtenues en Tunisie. en espèces, comme la vente de passeports et de résidence permanente dans des pays non tunisiens, sans passer par les intérêts de la Banque Centrale de Tunisie, via une voie de « change d’argent » pour faire passer clandestinement de l’argent à l’étranger après coordination avec elles par téléphone.

L’examen des caméras de surveillance à proximité de l’entreprise pour rechercher l’origine des fonds saisis, a permis de constater que ceux-ci avaient été remis au dirigeant de l’entreprise après coordination entre lui et les représentants de la société mère, et a également révélé que ce dirigeant étranger avait délibérément tergiversé et n’avait pas rempli ses obligations, avait fait référence à de nombreux clients et saisi les fonds qui lui avaient été fournis en espèces sans les remplir avec ses obligations.

Après examen, le ministère public a autorisé l’ouverture d’une enquête d’instruction, au cours de laquelle le juge d’instruction a délivré un mandat de  dépôt en prison contre l’agent étranger, a maintenu en liberté un citoyen tunisien et a inclus plusieurs autres personnes en recherche pour des accusations liées à la formation d’une alliance pour la finalité du blanchiment d’argent en exploitant les facilités accordées par les caractéristiques de l’activité professionnelle, de l’emploi et de la fraude.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut