Economie

Tunisie-Phosphate : Mort clinique d’un secteur stratégique

Tunisie-Phosphate : Mort clinique d’un secteur stratégique

Dans le cadre des préparatifs de la campagne agricole 2020/2021 et afin d’assurer les besoins des agriculteurs, notamment en engrais, une séance de travail s’est tenue lundi 7 septembre 2020 au siège du ministère des Finances avec la participation du ministre de l’Industrie, de l’énergie et des mines, le ministre des Finances et la ministre de l’Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques.

L’accent aurait été mis sur la nécessité de sauver la saison agricole en assurant l’approvisionnement des producteurs en engrais. Le Groupe Chimique Tunisien a été appelé à fournir dans les meilleurs délais 60 000 tonnes de nitrates d’ammonium d’une valeur totale de 45 millions de dinars, la fourniture de «DAP» et de «Super 45».

Par ailleurs, selon le directeur général du Groupe Chimique Tunisien il est prévu que la première cargaison de phosphates importée d’Algérie débarquera avant la fin de ce mois de septembre et permettra au Groupe Chimique Tunisien, de former les stocks de phosphate nécessaires à la poursuite de la production d’engrais chimiques, avec pour objectif 40 mille tonnes d’engrais par mois.

La première cargaison de phosphate qui arrivera depuis l’Algérie avant la fin septembre fait partie d’un plan préliminaire d’importation de 500 mille tonnes.

Notons que les pertes accumulées du Groupe Chimique Tunisien s’élèvent à 760 millions de dinars depuis 2012 ,tandis que sa capacité de production a baissé de 35% pendant de l’année en cours. Une situation qui ne peut continuer de toute évidence et qui a obligé le Groupe Chimique Tunisien de disposer d’autres sources d’approvisionnement autres que la Compagnie des phosphates Gafsa.

L’approvisionnement du Groupe Chimique Tunisien en phosphates produits par la Compagnie des phosphates Gafsa, qui est la matière première dans la fabrication des engrais chimiques, a connu une baisse significative ces dernières années. Les quantités annuelles de phosphates fournies au Groupe Chimique Tunisien sont passées de 8 millions de tonnes en 2010 à une moyenne annuelle de 3 millions de tonnes depuis 2011.

Selon certains observateurs, le transport commercial du phosphate depuis les zones de production vers le Groupe Chimique Tunisien constitue un grand casse-tête, compte tenu des sit-in continus, de la capacité « limitée » de la Société nationale des chemins de fer tunisiens en termes de transport de phosphate ainsi que les autres transporteurs « privés » par camions.

Certaines sources dignes de foi révèlent même l’implication de bandes organisées dans le vol du phosphate et de sa vente clandestinement à des entreprises agricoles et industrielles qui le transforment et le revendent …

Durant de longues années, économistes et experts ont mis en garde contre les répercussions dramatiques des grèves sur les sites de production de phosphate, en particulier dans le bassin minier.

Le recours de la Tunisie à l’importation de phosphates est considéré par certains comme un coup de grâce à l’économie tunisienne, alors que le phosphate a représenté pendant des décennies une source majeure de devises.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut