Tunisie – Police nationale : Faire gaffe au relâchement

Il a été donné à tout le monde de constater un relâchement certain de la part des agents de la police, surtout ceux stationnés à l’entrée des villes et des cités. Et ce, depuis le début du mois de Ramadan. Pour preuve, on ne compte plus les infractions au code de la route, ni les routiers qui défient les lois et pénètrent au fin fond des villes à toute heure, sans aucune intervention de la part de la police. Pour cause, nos anges gardiens s’enferment dans leurs toutes nouvelles et luxueuses guérites et tentent de récupérer le manque de sommeil inhérent aux veillées ramadanesques, ou alors parce qu’ils sont affaiblis par les longues heures de jeûne.

Ne serait-il pas opportun, ici, de rappeler à tous les agents des forces de l’ordre, l’importance vitale des plus hauts degrés de vigilance, en cette période. De même qu’à leurs responsables l’importance de l’encadrement et des contrôles fréquents de ces agents et de ces patrouilles, histoire de les pousser à ouvrir l’œil et le bon.

Pourtant, il fut un temps où les hauts responsables du ministère de l’intérieur, sous l’impulsion de leur direction, ont multiplié les contrôles et ont marqué de leur présence le terrain, ce qui a donné un maximum d’efficacité au niveau des troupes et de sérénité chez les citoyens.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com