Tunisie – Propreté, assainissement et protection de l’environnement : A chacun son rôle !

La campagne menée tous azimuts, ce dimanche, dans la grande majorité des villes de la Tunisie, a été un beau geste de la part des citoyens et de la société civile. Mais cette campagne devrait s’arrêter là et ne pas se transformer en habitude. Car, en la matière, il faut bien que chacun fasse son boulot et s’acquitte de ses devoirs.

Si, par exemple, on a un enfant qui rechigne à faire ses devoirs à la maison… Est-ce qu’on doit le pousser à les faire, voire, à la limite, l’y aider, ou doit-on les faire à sa place ? Sachant que si on  fait ses devoirs à sa place, l’élève fainéant va s’y plaire et va se décharger de tous ses devoirs sur ses parents. Du coup, c’est une formule qui ne pourrait jamais marcher et c’est la meilleure façon de générer un cancre !

C’est exactement pareil pour ce qui est de la propreté des villes, de l’assainissement et la protection de l’environnement. A force de faire le travail des éboueurs, ces derniers vont être hyper-contents qu’on fasse le boulot à leur place et d’être payés à ne rien faire.

Donc, pour revenir à la campagne nationale organisée ce dimanche, elle fut d’une brillante réussite. Elle aurait, même, fait des vagues au-delà des frontières du pays. Elle a été l’occasion pour le citoyen de témoigner de sa solidarité avec son gouvernement et de signifier qu’il a bien l’intention de changer et de veiller à la propreté de son pays. Un bon geste qui veut en dire, bien plus qu’il n’y parait. Mais un geste qui ne devrait pas dépasser cette symbolique.

Ce qui a attiré le plus l’attention, lors de la campagne de ce dimanche, ce n’était pas tant l’effort des gens et leur solidarité pour nettoyer leur environnement, mais la quantité phénoménale et, parfois même, la nature des ordures et autres déchets récupérés, aussi bien en mer que sur terre. C’était à se demander ce qui avait pris les gens pour jeter tous ces immondices là où ils les ont jetés.

La logique dans le registre de la propreté c’est que chacun s’acquitte de son devoir et fasse sa partie du travail. L’administration, les municipalités en premier, doit accomplir sa tache et ne pas s’habituer à s’appuyer sur d’hypothétiques campagnes citoyennes. Ce qui a d’ailleurs été remarqué déjà ce dimanche lorsque les services de la  voirie ont brillé par leur absence, pour laisser les citoyens faire le boulot à leur place. Reste que le citoyen doit faire des efforts en amont, en veillant à ne plus salir son quartier et à ne plus jeter n’importe quoi, n’importe où…

C’est seulement dans ce cas qu’on pourrait parler de virage dans la mentalité du peuple !

Kalaâ Kebira côté face

Kalaâ Kebira côté pile

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut