Tunisie – Que cherche Ghannouchi en annonçant vouloir la Kasbah alors qu’il sait qu’il n’est pas fait pour le poste ?

Les leaders d’Ennahdha, leur Cheikh à leur tête, n’arrêtent pas de faire déclaration sur déclaration, pour laisser entendre que le Cheikh va présider le prochain gouvernement.

Le problème c’est que tout le monde sait, eux en premier, qu’il en est totalement incapable. Il n’a, en effet, ni la santé, ni les compétences pour gérer ce poste. Sans oublier, bien sûr, la difficulté de la période à venir, qui ne l’encourage pas à entrer dans un jeu duquel il est quasiment certain de sortir perdant. En tant que chef du gouvernement, il ne va plus pouvoir cacher son échec derrière des boucs émissaires.

Mais alors pourquoi toutes ces déclarations du Cheikh et de ses lieutenants, en rapport avec son intention de prendre les rênes du gouvernement ?

Eh bien, il semblerait que tout ceci fasse partie de l’habituel scénario d’Ennahdha, celui de surenchérir et de demander le plus, pour négocier le moins.

En effet, Rached Ghannouchi n’est nullement intéressé de terminer sa « lumineuse » carrière comme simple député à l’ARP. Il vise la présidence de cette assemblée et ce n’est pas évident, dans les conditions actuelles, d’y accéder. Car il ne compte pas que des soutiens sous le dôme du Bardo, y compris dans les rangs de son parti !

C’est dans cette optique que Ghannouchi et les siens ont lancé la rumeur qu’il allait présider le gouvernement. A partir de cette position, toujours officieuse, il va pouvoir mener les négociations, pour la formation du gouvernement. Mais ces pourparlers ne seront ni innocents ni basés sur la recherche des compétences. Il va, tout simplement appâter les autres partis, en leur promettant des fauteuils au gouvernement. En contrepartie, les députés de ces partis devront voter en sa faveur pour accéder à la présidence de l’ARP.

Il semble que dans la tête du Cheikh, c’est seulement, en faisant de telles pressions sur les autres partis, qu’il pourra accéder à la présidence de l’assemblée et pas autrement !

Entre temps, s’il tombe d’accord avec certains partis, il distribuera les ministères selon l’importance des blocs parlementaires et finira par désigner une autre personnalité pour La Kasbah.

Décidément, il n’est pas évident de pouvoir suivre les méandres des raisonnements de ces types !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut