Politique

Tunisie: Rached Ghannouchi: “on ne doit pas faire la guerre aux salafistes”

rached16“Ce sont nos enfants et ils me rappellent l’élan de ma jeunesse, ils veulent promouvoir une nouvelle culture”. Cette phrase, désormais culte, et qui sonne comme un aveu de bénédiction a été prononcé par le dirigeant historique d’Ennahdha lorsque on lui proposait une définition de l’idéologie salafiste.

Depuis, il a opéré une apparente volte-face car les intimidations de ses “enfants” chéris se sont muées en exactions et d’exactions en massacres des vaillants gardiens du peuple.  Mais visiblement, la rupture aura été de courte durée. On ne peut se défaire de sa véritable nature.  Interrogé une nouvelle fois sur les salafistes, dans un contexte brûlant marqué par la multiplication des actes terroristes, le leader d’Ennahdha a affirmé qu’on ne doit pas leur  faire la guerre.

“Nous pouvons nous accoutumer de toutes les idéologies” a déclaré Rached Ghannouchi dimanche 27 octobre sur la chaina “Al Watanya 1. “Nous avons  juste quelques divergences au niveau de la pensée. “On ne va quand même pas faire la guerre au prétexte de ces quelques divergences ” a-t-il martelé ajoutant “qu’on ne doit pas faire la guerre aux salafistes”. “On cohabite bien avec des partis non islamistes” a poursuivi le leader d’Ennahdha renvoyant ainsi dos à dos les islamistes et les laïcs. “La démocratie ne fait pas fi de ces divergences mais elle  prône le pacifisme” a-t-il, néanmoins temporisé.

Le président d’Ennahdha a, en conclusion assimilé  la Tunisie à un jardin dans lequel fleurissent toutes les espèces et  où sont présentes toutes les couleurs.  « Les salafistes qu’ils soient communistes, libéraux ou  nahdhaouis sont tous des enfants du pays ».

 

Commentaires

Haut