Tunisie – Rafik Abdessalem tempère sa position par rapport au conflit malien

Le ministre des affaires étrangères, Rafik Abdessalem a confié à Mosaique FM, qu’il a reçu au ministère, l’ambassadeur français à Tunis, François Gouyette pour débattre de la crise malienne. Il a précisé que la Tunisie insiste sur le respect de la légalité internationale et de la souveraineté des pays, mais que la Tunisie comprenait, par ailleurs, les raisons de l’opération militaire française au Mali qui a été faite  à la demande d’intervention du président intérimaire malien.

Cette déclaration marque un revirement dans la position officielle du MAE tunisien, qui avait auparavant annoncé le refus de son département de toute ingérence étrangère dans les affaires internes des «pays voisins et amis ».

A rappeler que Rafik Abdessalem s’est fait remarquer par ses prises de positions en faveur des interventions étrangères dans les conflits dans les pays tels que la Syrie. Et là, paradoxalement, il se revendique d’une non-ingérence totale dans le Mali, sachant qu’à l’inverse de la Syrie, l’intervention étrangère au Mali cible la rébellion et non le régime en place.

Habitué à prendre parti pour les mouvements d’insurrection, il s’est retrouvé à contre pied avec le revirement opéré par les pays occidentaux qui ont décidé de se ranger du côté de la légitimité, pour cette fois.

Commentaires

Haut