Tech & Net

Tunisie Telecom : au nom de la Révolution, la FGPT bafoue les valeurs mêmes de la Révolution

Le cas de Tunisie Telecom, sous la férule de la FGPT, démontre comment, aujourd’hui, au nom de la Révolution, les valeurs de la Révolution sont bafouées alors que des jeunes se sont battus pour elles jusqu’à la mort pour sauver la Tunisie.

  • Liberté : chez Tunisie Telecom, il n’y a pas de droit de grève, liberté première des salariés. Les employés sont de plus en plus nombreux à vouloir travailler et à ne plus suivre aveuglement les directives et les pressions du syndicat pour défendre une cause à laquelle ils ne croient pas ou n’ont guère crue. TunisieTelecom vous racontait la situation du centre d’appels de la Charguia sit-in-de-tunisie-telecom-la-manipulation-continue-aux-frais-des-travailleurs-lexemple-du-centre-d’appels. C’est également le cas des Actels qui tentent d’ouvrir mais se voient obligés de fermer sous la menace.
  • Dignité : chez Tunisie Telecom, les diffamations continuent. Les 63 contractuels, pour la plupart des hauts cadres de l’entreprise et arrivés depuis 3 ans maximum seulement, sont insultés par les membres de la FGPT. Où sont les preuves prouvant leur implication dans des dossiers de malversation ou de corruption ?
  • Justice : chez Tunisie Telecom, toutes les accusations graves portées à l’encontre des 63 contractuels licenciés, car si c’était le cas, pourquoi attendre ? pourquoi les licencier ? pourquoi ne pas porter l’affaire devant la justice pour faire une enquête indépendante ? Peut-être y a-il des anciens de Tunisie Telecom que certains veulent protéger ? Ceux-ci étaient là bien avant eux dans l’entreprise, et pour la plupart depuis 23 ans !

La FGPT n’arrête pas la pression depuis le 14 janvier, de sit-in en sit-in, sans tenir compte des vraies revendications de la majorité des salariés de l’entreprise et ce diktat se fait avec des pratiques dignes de l’ancien régime :

  • Mensonges et intox :
    • Des mensonges étalés en public et à la presse : ce fut le cas sur les réseaux sociaux et même dans le journal “La Presse” à deux reprises, le 13 février et le 11 mai, en indiquant des salaires imaginaires et en citant des noms au risque de détruire des familles. TunisieNumerique a appris que Mme S. L, une contractuelle de la direction commerciale, touchait 1 050 dinars par mois, soit un peu moins que son équivalent statutaire. D’autres exemples existent. Pendant ce temps, M. Ben MBarek annonçait à TT1, au journal de 20h que les salaires des contractuels variaient entre 4 000 et 40 000 dinars par mois !
    • La FGPT, relayée par La Presse du 11 mai, ose, également, parlé d’un salaire de 7 000 dinars/heure pour un contractuel. Aucun expert télécom au monde ne touche une telle rémunération qui équivaudrait à 1,5 million de dinars (740 000 euros…) par mois ! Certains PDG européens vont avoir envie de se reconvertir !
  • Des vérités à cacher : pourquoi la FGPT utilise-t-elle des pratiques dignes de l’ancien régime : diffamations, mensonges, pressions, menaces…Pourquoi ne pas évoquer les vrais dossiers de malversation bien connus même avant la révolution ? Qui est derrière l’affaire des annuaires, un contrat plus que douteux signé juste avant l’entrée des Emiratis ? Peut être y avait-il un « contractuel » avant 2006, mais un contractuel à durée indéterminée et rcdiste !
  • Intimidation : cette pratique se fait tous les jours par les membres de la FGPT, peu nombreux mais très efficaces. Ils ferment les agences et locaux pour obliger les employés à faire des sit-in et des grèves. Ils donnent des ordres à leurs équipes de ne pas venir travailler sous peine de sanction. Ils font le tour des bureaux partout dans l’entreprise pour intimider ceux qui sont présents et menacent les employés qui tiennent à travailler de divulguer leur nom et de les traiter de traîtres…

Epoque heureusement révolue pour la Tunisie, mais pratiques qui perdurent à Tunisie Telecom et qu’il faut combattre.

Des jeunes ont donné de leur vie pour la liberté, la dignité et la justice. Dieu les bénisse. Mais, notre devoir est de sauvegarder et de défendre ces valeurs pour qu’elles s’inscrivent réellement dans la nouvelle Tunisie pour toujours.

Tunsie Telecom est un symbole pour la Tunisie et les Tunisiens. Sauvons-la d’un syndicat qui cherchent à la détruire en brandissant les valeurs de la Révolution à laquelle ils n’ont jamais adhéré.

Que tous ceux qui aiment Tunisie Telecom, de l’intérieur comme de l’extérieur, prennent conscience que MM. Ben M’Barek et consorts ont des intérêts bien éloignés des salariés qu’ils soient statutaires ou contractuels !

L’exemple de Tunisie Telecom, sous l’impulsion du syndicat FGPT, montre comment aujourd’hui, au nom de la Révolution, on bafoue les valeurs de la Révolution sur lesquelles les jeunes se sont battus jusqu’à la mort pour sauver la Tunisie.

  • Liberté : chez Tunisie Telecom, il n’y a pas de liberté de faire grève ou non, les employés sont de plus en plus nombreux à vouloir travailler et à ne plus suivre aveuglement les directives et les pressions du syndicat pour défendre une cause à laquelle ils ne croient pas ou n’ont jamais crue. TunisieTelecom vous racontait la situation du centre d’appels de la Charguia. C’est également le cas des Actels qui tentent d’ouvrir mais se voient obligés de fermer sous la menace.

  • Dignité : chez Tunisie Telecom, les diffamations continuent. Les 63 contractuels, pour la plupart des hauts cadres de l’entreprise et arrivés depuis 3 ans maximum seulement, sont insultés par les membres de la FGPT. Où sont les preuves prouvant leur implication dans des dossiers de malversation ou de corruption ?

  • Justice : chez Tunisie Telecom, toutes les accusations graves portés à l’encontre des 6 contractuels licenciés pour abandon de poste sont non fondées, car si c’était le cas, pourquoi attendre ? pourquoi les licencier ? pourquoi ne pas porter l’affaire devant la justice pour faire son travail indépendamment ? Peut-être y a-il des anciens de Tunisie Telecom que certains veulent protéger ? Ceux-ci étaient là bien avant eux dans l’entreprise, et pour la plupart depuis 23 ans !

Le FGPT n’arrête pas la pression depuis le 14 janvier, de sit-in en sit-in, sans tenir compte des vraies revendications de la majorité des salariés de l’entreprise et ce diktat se fait avec des pratiques dignes de l’ancien régime :

  • Mensonges et intox :

    • Des mensonges étalés en public et à la presse : ce fut le cas sur les réseaux sociaux et même dans le journal La Presse à deux reprises en indiquant des salaires imaginaires et en citant des noms au risque de détruire des familles. TunisieNumerique a appris que Mme S. L, une contractuelle de la direction commerciale, touchait 1 050 dinars par mois, soit un peu moins que son équivalent statutaire. D’autres exemples existent.

    • La FGPT, relayée par La Presse du 11 mai, ose parlé d’un salaire de 7 000 dinars/heure pour un contractuel. Aucun expert télécom au monde ne touche une telle rémunération qui équivaudrait à 1,5 million de dinars (740 000 euros…) par mois ! Certains PDG européens vont avoir envie de se reconvertir !

  • Des vérités à cacher : pourquoi la FGPT utilise-t-elle des pratiques dignes de l’ancien régime : diffamations, mensonges, pressions, menaces…Pourquoi ne pas évoquer les vrais dossiers de malversation bien connus même avant la révolution ? Qui est derrière l’affaire des annuaires, un contrat plus que douteux signé juste avant l’entrée des Emiratis ? Peut être y avait-il un « contractuel » avant 2006, mais un contractuel à durée indéterminée et rcdiste !

  • Intimidation : cette pratique se fait tous les jours par les membres de la FGPT, peu nombreux mais très efficaces. Ils ferment les agences et locaux pour obliger les employés à faire des sit-in et des grèves. Ils donnent des ordres à leurs équipes de ne pas venir travailler sous peine de sanction. Ils font le tour des bureaux partout dans l’entreprise pour intimider ceux qui sont présents et menacent les employés qui tiennent à travailler de divulguer leur nom et de les traiter de traîtres…

Epoque heureusement révolue pour la Tunisie, mais pratiques qui perdurent à Tunisie Telecom et qu’il faut combattre.

Des jeunes ont donné de leur vie pour la liberté, la dignité et la justice. Dieu les bénisse. Mais, notre devoir est de sauvegarder et de défendre ces valeurs pour qu’elles s’inscrivent réellement dans la nouvelle Tunisie pour toujours.

Tunsie Telecom est un symbole pour la Tunisie et les Tunisiens. Sauvons-la d’un syndicat qui cherchent à la détruire en brandissant les valeurs de la Révolution à laquelle ils n’ont jamais adhéré.

Que tous ceux qui aiment Tunisie Telecom, de l’intérieur comme de l’extérieur, prennent conscience que MM. Ben M’Barek et consorts ont des intérêts bien éloignés des salariés qu’ils soient statutaires ou contractuels !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com