Tunisie Telecom : conférence de presse UGTT/FGPT : du stalinisme au dépôt de plainte…

L’UGTT a confondu « conférence de presse » et discours stalinien !

Ce fut, donc, une grande découverte pour la trentaine de journalistes assistant à la « Conférence de presse » du syndicat de Tunisie Telecom organisée hier à la Direction Centrale Commerciale de Tunisie Telecom.

Après un discours « fleuve » où M. Ben Mbarek s’est écouté parler et où il a rappelé les demandes du syndicat de Tunisie Telecom contre les contractuels, (comme si les journalistes n’étaient pas au courant !), la parole fut cédée à un collègue du syndicat de la poste, secrétaire général adjoint à l’UGTT pour paraphraser les mêmes idées mais avec un ton plus agressif…

La fameuse « conférence de presse » post 14 janvier était beaucoup plus proche d’un discours dans un meeting politique « populiste » que d’une occasion pour les médias de poser des questions et d’éclairer les Tunisiens sur le conflit de Tunisie Telecom.

Des dizaines de fonctionnaires, grévistes et probablement syndiqués de Tunisie Telecom, étaient présents et donnaient plus l’impression d’une police politique que de simples citoyens !

Notons que des dizaines de fonctionnaires de Tunisie Telecom étaient présents pendant la conférence, et on avait, à un certain temps, l’impression d’être encerclés !!!

Pire encore, le secrétaire général du syndicat de Tunisie Telcom s’est permis d’interrompre carrément la conférence pour reprendre le même discours déjà prononcé à un journaliste allemand accompagné d’un interprète de Tunisie Telecom tout en ignorant, pendant de longues minutes, les 30 journalistes tunisiens représentant plusieurs médias de la presse écrite, audiovisuelle et électronique.

Le discours syndicaliste de plus de 45 minutes a suscité seulement deux questions de la part du journaliste de Mosaïque FM et du journaliste de TunisieNumerique.

M. Ben Mbarek qui a remercié et salué, à plusieurs reprises, les efforts des médias à soutenir les syndicalistes de Tunisie Telecom a oublié qu’il faisait face à des journalistes qui ne se contentent pas d’une seule version de faits.

Selon les sources de TunisieNumerique, le comportement du syndicat depuis des semaines n’était pas aussi «citoyen», une expression utilisée par le secrétaire général du syndicat à plusieurs reprises puisque les membres du syndicat ont forcé les fonctionnaires à ne pas travailler allant même jusqu’à des menaces physiques. (voir les articles de TunisieNumerique ICI et ICI)

De plus l’attitude agressive à l’égard des investisseurs étrangers contredit totalement les besoins de Tunisie dans le cadre de la conjoncture économique actuelle. Alors que les syndicalistes de l’« Opérateur historique » traitent le partenaire émirati de « colonisateur »… Imaginons s’il avait été européen !

Cette conférence, qui n’en était pas une, n’a pas suscité les questions des journalistes. La plupart des médias ont préféré fuir cette salle où les relents de la dénonciation calomnieuse si chère aux Staliniens ou autres Rcdistes… Les journalistes sont partis avec des documents internes tels que notes de service, fiche de paye de Montassar Ouaili et celle d’un contractuel, documents internes qui n’auraient jamais dû quitter Tunisie Telecom. Une plainte a d’ailleurs été déposée et une enquête contre le syndicat est en cours.

TunisieNumerique a, malgré tout, posé des questions dont vous apprécierez les réponses dans la vidéo ci-dessous :

  • Comment expliquez-vous, M. le Secrétaire Général, les contradictions dans vos déclarations aux médias concernant la grille salariale des 63 contractuels ? (4 000 dinars comme salaire minimum alors que certains ne dépassent pas 1050 dinars)
  • Niez-vous qu’il y a eu des menaces physiques et morales contre les biens et les familles de certains responsables de Tunisie Telecom qui proposaient des solutions différentes à la crise ?
  • Décrire le partenaire stratégique comme « colonisateur », ne constitue-t-il pas un frein au développement de Tunisie Telecom et de ses services futurs ?

Regardez :

Tous ceux qui ont assisté à la “Conférence de presse” du syndicat de Tunisie Telcom organisé aujourd’hui à la Direction Centrale Commerciale ont certainement découvert une nouvelle conception d’un meeting avec des journalistes.

Après un long discours de M. Ben Mbarek, dans lequel il a rappelé les demandes des manifestants de Tunisie Telecom contre les contractuels, (qu’on a déjà appris depuis leurs multiples sit-in) il a cédé la parole à un collègue du syndicat de la poste pour paraphraser les mêmes demandes.

La dite “conférence de presse” unique de son genre depuis l’après 14 janvier était beaucoup plus proche d’un discours dans un meeting populaire que d’une occasion aux médias à poser leurs questions et à éclaircir aux tunisiens ce qui se passent vraiment à Tunisie Telecom.

Notons que des dizaines de membres de Tunisie Telecom étaient présent à la salle pendant la conférence, et on avait à un certain temps l’impression qu’on étaient encerclé !!!

Plus pire que ça, le secrétaire général du syndicat de T.Telcom interrompe la conférence pour reprendre le même discours déjà prononcé à  un journaliste allemand accompagné d’un interprète de Tunisie Telecom ! Tout cet embarras se passe en présence de plus de 30 journalistes tunisiens issue de plusieurs médias de la presse écrite, audiovisuelle et électroniques.

En résumé: Un discours syndicalistes de 45 minutes a suscité seulement deux questions orphelines de la part du journaliste de Mosaïque FM et du journaliste de Tunisie Numerique.

M. Ben Mbarek qui a remercié et salué, à plusieurs reprises, les efforts des médias à soutenir les syndicalistes de Tunisie Telecom a oublié qu’il fait face à des journalistes qui ne se contente pas d’une seule version de la réalité.

Selon des sources de Tunisie Numerique, le comportement du syndicat depuis des semaines n’était pas aussi « citoyen », une expression qu’a utilisée leur secrétaire général à plusieurs reprises.

Des obligations par toutes les manières à entrer en grève, exercés sur les fonctionnaires. Des menaces aux familles des responsables. Une exagération au niveau des déclarations qui concernent les salaires des contractuels jusqu’à dire 7 milles dinars par heure dans un quotidien tunisien.

De plus une attitude extrémiste envers les investisseurs étrangers qui se contredit avec les besoin de la conjoncture économique actuelle du pays. Alors que tous le monde regarde les syndicalistes de notre « Opérateur historique » traitant le partenaire émiratis en tant que « colonisateurs »… Imaginons s’il était européen !!

Comment expliquer cette conférence déserté de questions, comment justifier le départ de la plus part des médias suite aux discours du SG de syndicat de Tunisie Telcom et surtout comment trouvez vous les réponses de ce dernier à nos questions :

Comment expliquer vous M. le Secrétaire Générale les con

Tous ceux qui ont assisté à la “Conférence de presse” du syndicat de Tunisie Telcom organisé aujourd’hui à la Direction Centrale Commerciale ont certainement découvert une nouvelle conception d’un meeting avec des journalistes.

Après un long discours de M. Ben Mbarek, dans lequel il a rappelé les demandes des manifestants de Tunisie Telecom contre les contractuels, (qu’on a déjà appris depuis leurs multiples sit-in) il a cédé la parole à un collègue du syndicat de la poste pour paraphraser les mêmes demandes.

La dite “conférence de presse” unique de son genre depuis l’après 14 janvier était beaucoup plus proche d’un discours dans un meeting populaire que d’une occasion aux médias à poser leurs questions et à éclaircir aux tunisiens ce qui se passent vraiment à Tunisie Telecom.

Notons que des dizaines de membres de Tunisie Telecom étaient présent à la salle pendant la conférence, et on avait à un certain temps l’impression qu’on étaient encerclé !!!

Plus pire que ça, le secrétaire général du syndicat de T.Telcom interrompe la conférence pour reprendre le même discours déjà prononcé à un journaliste allemand accompagné d’un interprète de Tunisie Telecom ! Tout cet embarras se passe en présence de plus de 30 journalistes tunisiens issue de plusieurs médias de la presse écrite, audiovisuelle et électroniques.

En résumé: Un discours syndicalistes de 45 minutes a suscité seulement deux questions orphelines de la part du journaliste de Mosaïque FM et du journaliste de Tunisie Numerique.

M. Ben Mbarek qui a remercié et salué, à plusieurs reprises, les efforts des médias à soutenir les syndicalistes de Tunisie Telecom a oublié qu’il fait face à des journalistes qui ne se contente pas d’une seule version de la réalité.

Selon des sources de Tunisie Numerique, le comportement du syndicat depuis des semaines n’était pas aussi « citoyen », une expression qu’a utilisée leur secrétaire général à plusieurs reprises.

Des obligations par toutes les manières à entrer en grève, exercés sur les fonctionnaires. Des menaces aux familles des responsables. Une exagération au niveau des déclarations qui concernent les salaires des contractuels jusqu’à dire 7 milles dinars par heure dans un quotidien tunisien.

De plus une attitude extrémiste envers les investisseurs étrangers qui se contredit avec les besoin de la conjoncture économique actuelle du pays. Alors que tous le monde regarde les syndicalistes de notre « Opérateur historique » traitant le partenaire émiratis en tant que « colonisateurs »… Imaginons s’il était européen !!

Comment expliquer cette conférence déserté de questions, comment justifier le départ de la plus part des médias suite aux discours du SG de syndicat de Tunisie Telcom et surtout comment trouvez vous les réponses de ce dernier à nos questions :

– Comment expliquer vous M. le Secrétaire Générale les contradictions qui existent dans vos déclarations aux médias en ce qui concernent la grille salariale des 63 contractuels ? (Déclarer 4 milles dinars comme salaire minimum alors que c’est publié 1050 dinars pour certains d’entre eux sur le site web de la poste et des télécommunications)

– Niez vous qu’il y avait des menaces physiques et morales contre les biens et les familles de certains responsables à Tunisie Telecom qui avait des solutions différentes à la crise ?

– Décrire le partenaire stratégique comme « colonisateur », ne constituent –t-il pas un frein au développent de Tunisie Telecom et de ses services au futur?

tradictions qui existent dans vos déclarations aux médias en ce qui concernent la grille salariale des 63 contractuels ? (Déclarer 4 milles dinars comme salaire minimum alors que c’est publié 1050 dinars pour certains d’entre eux sur le site web de la poste et des télécommunications)

Niez vous qu’il y avait des menaces physiques et morales contre les biens et les familles de certains responsables à Tunisie Telecom qui avait des solutions différentes à la crise ?

Décrire le partenaire stratégique comme « colonisateur », ne constituent –t-il pas un frein au développent de Tunisie Telecom et de ses services au futur?

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com