Tunisie – Tension à Mont plaisir : Ennahdha décharge sa grogne sur Laâdhari et… Rached Ghannouchi

Suite au refus d’accorder la confiance au gouvernement Habib Jemli, formé par Ennahdha, les membres du parti islamiste ne décolèrent pas. Immédiatement après le vote, Abdellatif Makki, un des membres du clan anti-Ghannouchi à Mont plaisir, s’adressa à ce dernier, à travers sa page Facebook, en lui disant : « Bravo, Monsieur le président de l’ARP » !

Ce fut le signal du début de l’offensive des nahdhaouis contre leur président qu’ils tiennent pour responsable de cette défaite cuisante à cause de ses choix erronés, de ses décisions unilatérales et de son lobbyisme à l’intérieur du parti.

Le premier geste d’hostilité à l’égard de Ghannouchi, ce matin, a été de lui rappeler qu’il n’a pas tenu parole, dans la mesure où il n’a toujours pas désigné la commission qui allait s’occuper de la préparation du prochain congrès du parti et lui demander de réparer cet « omission », au plus tôt.

La mise en place de cette commission ayant été décidée lors de la dernière réunion du conseil de La Choura, qui avait demandé au président du parti de déclencher les mesures pour préparer le congrès qui devrait se tenir dans trois à quatre mois.

Comme Ghannouchi n’a rien entrepris et ne semble pas pressé de satisfaire la demande du conseil, d’aucuns n’ont pas hésité, ce samedi à l’accuser de vouloir différer le congrès, pour gagner du temps, puisqu’il est quasiment assuré qu’il sera éjecté de la présidence et des cercles du pouvoir du parti.

L’autre victime à avoir subi, de plein fouet, la grogne des nahdhaouis  aura été le député et ancien Secrétaire général du parti, Zied Laâdhari, à cause de sa prise de position de voter contre la volonté et les directives du parti. Ils considèrent cette attitude comme une entorse impardonnable aux principes de discipline du parti, assimilable à une trahison du mouvement et exigent son éviction du parti, s’il ne présente pas de lui-même, sa démission.

Il faut dire que ce qu’a fait hier, Zied Laâdhari était une première, dans les rangs d’Ennahdha, où jusqu’à présent, jamais un membre n’a voté contre les directives du parti. Au plus, certains députés se sont hasardés à s’abstenir de voter, quand ils n’étaient pas d’accord sur un sujet quelconque. Comme çà a été le cas, lors du vote pour le projet de loi de réconciliation qui a, à l’époque, divisé le parti.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut