Tunisie – Tourisme : Ce n’est pas ce qu’on attendait de René Trabelsi, ni ce qu’il a l’habitude de faire

Le jour où le nom de René Trabelsi a été mis sur la table des probables ministres du nouveau gouvernement de Youssef Chahed, de nombreux tunisiens s’en sont réjouis. Car, surtout pour ceux qui connaissent un tant soit peu l’homme savent de quoi il est capable et qu’il est un pro de chez pro, du tourisme.

D’ailleurs, dès sa prise de fonction, le nouveau ministre du tourisme n’a pas déçu et a commencé par s’établir des objectifs chiffrés et s’est, tout de suite attelé à les réaliser, en se démenant comme un petit diable, non pas dans sa boite, mais partout dans le monde, là où il avait des chances de ramener des marchés et de mobiliser ses « amis » les tour-opérateurs.

Mais, hélas!  Hier lors de son passage devant les députés de l’ARP, René Trabelsi n’était que l’ombre de lui-même et a, à la limite déçu. Il a déçu par une certaine langue de bois qu’on ne lui connaissait pas et par le fait d’essayer de cacher on ne sait quoi, qu’il redoute, derrière la responsabilité d’autrui. Son passage au Bardo,  a laissé craindre qu’il ait attrapé la « ministrite aiguë » ; une affection qui atteint de façon précoce les ministres et qui les rend dépendants de leurs sièges et intimidés par le ramassis de l’ARP.

Hier, René Trabelsi a déçu quand il a déclaré que le cafouillage de la Tunisair risquait de compromettre la saison touristique. Une déclaration qui laisse redouter qu’il y a, probablement, des raisons pour s’inquiéter sérieusement pour la saison touristique. Contrairement à ce qu’il a avancé, çà ne sera, certainement pas la faute à la Tunisair ou pas seulement.

Ceux qui connaissent René Trabelsi, savent comment il fonctionne. Ceux qui l’ont nommé savent, aussi à quoi ils s’attendaient de sa part.

René Trabelsi a, toujours été connu pour avoir rempli des charters entiers et les avoir ramenés directement sur les tarmacs des aéroports tunisiens. Il pourrait remplir des dizaines de vols par jour, s’il le voulait et s’il avait le soutien de ses « amis » d’outre-mer. En d’autres termes, René Trabelsi n’a, sérieusement, rien à faire des manquements de la Tunisair.

Donc, qu’il ait annoncé hier que la saison touristique était hypothéquée par les frasques que connait la compagnie nationale, laisse dubitatif et fait craindre qu’il y ait, réellement, des menaces sur la saison, mais ailleurs qu’au niveau des performances  de Tunisair. Et çà laisse perplexe car on ne reconnait pas, dans ces déclarations, « LE » René Trabelsi d’avant, le bosseur, le fonceur, celui qui ne s’avoue jamais vaincu, celui qui a l’habitude de nager contre le courant mais, surtout, celui qui n’avait pas l’habitude de chercher des responsables pour leur faire endosser de possibles échecs !

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com